Soudan: Paris appelle à un retour "rapide" à un gouvernement civil

Par AFP

AFRICA RADIO

La France a appelé lundi à la "formation rapide" d'un gouvernement civil au Soudan après le retour du Premier ministre civil Abdallah Hamdok, écarté lors du coup d'Etat militaire du 25 octobre, à son poste.

"La France salue la réinstallation de M. Abdallah Hamdok dans ses fonctions de Premier ministre. Elle appelle à une nouvelle étape avec la formation rapide d'un gouvernement civil", a déclaré la porte-parole de la diplomatie française. Abdallah Hamdok, arrêté le 25 août et placé en résidence surveillée, est réapparu en public dimanche, pour la première fois depuis le putsch. Il a signé avec le général Abdel Fattah al-Burhane un accord en 14 points, qui prévoit notamment son retour au poste de Premier ministre et la libération des responsables civils détenus. Les autorités ont dans la foulée libéré plusieurs hommes politiques détenus depuis le coup d'Etat. "La France réitère son appel à la libération immédiate de l'ensemble des détenus politiques arrêtés depuis le 25 octobre, ainsi qu'au respect des droits des Soudanais à exprimer pacifiquement leurs opinions", a ajouté la porte-parole du Quai d'Orsay, Anne-Claire Legendre. Grâce à l'accord signé, le général Burhane est surtout parvenu à contenter la communauté internationale tout en conservant sa mainmise sur la transition, estiment les experts. S'ils ont longtemps brandi des photos de M. Hamdok qu'ils considéraient seul dirigeant "légitime" du Soudan, des manifestants ont déchiré dimanche le portrait du Premier ministre, désormais perçu par certains comme un traître à la "révolution" de 2019 qui a mis fin à 30 ans de dictature militaro-islamiste d'Omar el-Béchir.