Forum Investir en Afrique 2024

Tirs contre un hélicoptère de l'ONU en RDC: un mort et un blessé grave

Un Casque bleu sud-africain a été tué et un autre grièvement blessé dimanche lors de tirs contre leur hélicoptère dans l'est de la République démocratique du Congo, a déclaré à l'AFP un porte-parole de l'ONU.

AFRICA RADIO

5 février 2023 à 20h06 par AFP

L'appareil a essuyé des tirs aux alentours de 15H00 (12H00 GMT) au cours d'un vol à destination de Goma, la capitale provinciale du Nord-Kivu, où il a finalement réussi à atterrir. L'armée sud-africaine a confirmé cette information dans la soirée, précisant dans un communiqué que l'hélicoptère Onyx avait essuyé des tirs, qu'un "membre de l'équipage a été tué, un autre blessé mais il est parvenu à continuer à diriger l'appareil et à le faire atterrir". La défense sud-africaine, après avoir informé "les familles des soldats impliqués dans ce malheureux incident", communiquera d'autres détails "en temps voulu". Selon Amadou Ba, un des porte-parole de la mission des Nations unies en RDC (Monusco), l'origine des tirs n'est pas encore connue et leur localisation précise reste à déterminer. Dans un communiqué publié dimanche soir, Bintou Keita, la cheffe de la Monusco, "condamne fermement cette attaque lâche contre un aéronef porteur de l'emblème des Nations unies" et rappelle que "les attaques contre les Casques bleus peuvent constituer un crime de guerre". Le 29 mars 2022, huit Casques bleus (six Pakistanais, un Russe, un Serbe) avaient été tués dans le crash de leur hélicoptère au-dessus d'une zone de combats entre l'armée congolaise et les rebelles du M23. Depuis novembre 2021, la rébellion majoritairement tutsi du M23 s'est emparée de territoires au nord de Goma. La RDC accuse le Rwanda de la soutenir, ce qui est corroboré par des experts de l'ONU et les pays occidentaux, mais Kigali s'en défend. Ces tirs sur un hélicoptère de l'ONU surviennent au lendemain d'une rencontre au Burundi entre plusieurs chefs d'Etats d'Afrique de l'Est, y compris les présidents congolais et rwandais entre lesquels les relations sont exécrables ces derniers mois. Ce sommet s'est conclu par un appel au "cessez-le-feu immédiat de toutes les parties" et un retrait de tous les groupes armés, "y compris les étrangers" dans l'est de la RDC.