Tunisie: HRW dénonce les poursuites contre des voix critiques

Par AFP

AFRICA RADIO

L'organisation Human Rights Watch a dénoncé jeudi la multiplication en Tunisie des poursuites judiciaires qui s'appuient sur des lois "répressives" contre les voix critiques du coup de force du président Kais Saied, estimant qu'elles représentaient un "danger" pour les libertés.

"Les autorités tunisiennes poursuivent des citoyens devant des tribunaux militaires et civils et les emprisonnent pour avoir critiqué publiquement le président Kais Saied et d'autres responsables", a affirmé dans un communiqué l'organisation de défense des droits humains. Selon elle, "en s'appuyant sur les lois répressives promulguées avant la révolution (...) les procureurs s'attaquent à ceux qui critiquent le président Saied" et "sa saisie de pouvoirs exceptionnels". Selon Eric Goldstein, directeur par intérim de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord à HRW, "critiquer publiquement le président à la suite de son accaparement de pouvoirs additionnels", à partir du 25 juillet, "c'est prendre le risque de finir devant un tribunal". "Faire taire les critiques représente un double danger à l'heure où le président est occupé à concentrer tant de pouvoirs entre ses mains", a-t-il poursuivi. Des députés, activistes sur les réseaux sociaux et des personnalités politiques ont été poursuivis par des tribunaux militaires ou civils après des critiques publiques contre la politique de M. Saied. Mercredi, le tribunal de première instance de Tunis a condamné par contumace l'ancien président Moncef Marzouki à quatre ans de prison pour avoir "porté atteinte à la sûreté de l'Etat à l'étranger" après des déclarations en France critiquant publiquement M. Saied. "Un jugement émis par un juge pitoyable sur ordre d'un président illégitime", a réagi M. Marzouki sur sa page Facebook. Un juge tunisien avait émis début novembre un mandat d'amener international contre M. Marzouki, deux semaines après une demande du président Saied à la justice tunisienne d'ouvrir une enquête sur des déclarations de l'ancien président et de retirer son passeport diplomatique à celui qui figure à ses yeux "parmi les ennemis de la Tunisie". le 16 décembre, le Syndicat national des journalistes en Tunisie a mis en garde contre "un danger imminent menaçant la liberté de la presse, des médias et d'expression" depuis le coup de force du président le 25 juillet. Il a dénoncé "un verrouillage médiatique et une violation flagrante du droit des journalistes d'accéder à l'information" de la part de la présidence de la République et du gouvernement.