Forum Investir en Afrique 2024

Tunisie: protestation du syndicat UGTT après l'arrestation d'un responsable

La centrale syndicale tunisienne UGTT a protesté mercredi après l'arrestation d'un de ses responsables, faisant le lien avec un discours du président Kais Saied qui a dénoncé mardi soir une instrumentalisation du droit de grève à des fins politiques.

AFRICA RADIO

1er février 2023 à 15h06 par AFP

L'interpellation d'Anis Kaabi, secrétaire général du syndicat des autoroutes, l'une des composantes de l'UGTT, est "un coup porté au travail syndical, une violation des droits syndicaux et des conventions internationales" signées par la Tunisie pour le respect des libertés syndicales et du droit de grève, a indiqué l'UGTT dans un communiqué. L'UGTT, présente dans toutes les branches de l'économie tunisienne, revendique un million de membres, et son rôle dans la transition tunisienne vers la démocratie a été récompensé en 2015 par le Prix Nobel de la Paix attribué à un Quartette rassemblant trois autres organisations de la société civile. Appelant à "la libération immédiate" de M. Kaabi, l'UGTT a dénoncé "un ciblage des droits et libertés syndicales", soulignant que l'interpellation a eu lieu "immédiatement" après un discours du président Saied dans la caserne (de la garde nationale) à Al Aouina", à Tunis. Dans une vidéo du discours, le chef de l'Etat a dénoncé "ceux qui bloquent les routes et menacent de bloquer des autoroutes", estimant qu'ils "ne doivent plus bénéficier de l'impunité". "Le droit syndical est garanti par la Constitution mais ne peut devenir une couverture à des fins politiques", a-t-il dit. L'UGTT a souligné le caractère "légal" de la grève liée à des revendications salariales suivie lundi et mardi aux barrières d'autoroutes, caractérisée par un non prélèvement des droits de péage. Selon la centrale syndicale, M. Kaabi est poursuivi pour avoir "provoqué des pertes financières" pour la société publique des autoroutes et donc les caisses de l'Etat. Arguant notamment d'arrestations arbitraires et de procès de civils devant des tribunaux militaires, des ONGs et l'opposition ont dénoncé un recul des droits fondamentaux en Tunisie depuis le coup de force du président Kais Saied du 25 juillet 2021 par lequel il a accaparé tous les pouvoirs, y compris judiciaire.