Un militant des droits LGBTQ tué au Kenya, un suspect arrêté

AFRICA RADIO

6 janvier 2023 à 23h21 par AFP

Un suspect a été arrêté après le meurtre au Kenya d'un militant des droits des personnes LGBTQ, dont le corps a été découvert dans une malle en métal, suscitant un tollé national, a indiqué vendredi la police.

Le corps d'Edwin Chiloba, un designer et mannequin âgé de 25 ans, avait été retrouvé mercredi sur le bas-côté de la route à quelque 40 km de la ville d'Eldoret, dans la vallée du Rift, selon les médias locaux. Au Kenya, les personnes LGBTQ sont confrontées à la précarité et aux discriminations dans une société majoritairement chrétienne et conservatrice où l'homosexualité est taboue, comme dans de nombreux pays d'Afrique. Les relations sexuelles entre personnes de même sexe sont punies par la loi, avec des peines pouvant aller jusqu'à 14 ans d'emprisonnement. "Nous avons un suspect en garde à vue, nous enquêtons sur son rôle dans ce meurtre", a déclaré Peter Kimulwo, chef des investigations au Bureau de la direction des enquêtes criminelles à Eldoret. "Nous le détenons en tant que principal suspect car il y a des indices le désignant mais tout cela fait l'objet d'investigations", a-t-il ajouté à la presse. Selon lui, le suspect serait un ami de longue date de la victime. La police cherche également des personnes ayant été vues en train de charger un coffre en métal dans une voiture au domicile de la victime. Selon une source policière ayant requis l'anonymat, Edwin Chilobat a été "étranglé" après avoir été "torturé". "Continuer à voir une escalade dans la violence visant les Kenyans LGBTQ est vraiment inquiétant", a déclaré vendredi dans un communiqué la Commission kényane des droits humains. "Tous les jours, les droits des personnes LGBTQ sont violés sans vraie conséquence pour les auteurs", a-t-elle dénoncé, exhortant la police "à mener de rapides investigations et faire en sorte que les tueurs soient appréhendés et poursuivis". Le Forum féministe LGBTQ, dans l'ouest du Kenya où vivait Edwin Chiloba, a souligné que le designer avait utilisé "la mode pour déconstruire le genre et promouvoir les droits de la communauté marginalisée". "Nous voulons savoir, en tant que communauté, ce qui est arrivé à Edwin, pourquoi il a été assassiné et qui a déposé son corps sur les lieux", a indiqué la directrice des programmes du groupe, Becky Mududa. Les Etats-Unis se sont élevés contre cet assassinat. Washington "appelle à ce que toutes les responsabilités soient établies", a tweeté le porte-parole de la diplomatie américaine, Ned Price. En avril, un autre militant LGBTQ avait déjà été retrouvé assassiné au Kenya.