Vaste grève en Tunisie sur fond de profonde crise politique

AFRICA RADIO

16 juin 2022 à 11h21 par AFP

Vols annulés, transports publics immobilisés et bureaux de poste fermés: une grève à l'appel de la centrale syndicale a paralysé jeudi le secteur public en Tunisie, accentuant la pression sur le président Kais Saied déjà confronté à de graves crises politique et financière.

Tunis (AFP)

La grève de 24 heures, à l'appel de la puissante Union générale tunisienne du travail (UGTT) et qui semblait largement observée dans toutes les villes, concerne théoriquement quelque 3 millions de salariés et devrait paralyser 159 entreprises étatiques.

"Votre grève est suivie à 96,22%", s'est félicité le chef de l'UGTT Noureddine Taboubi lors d'un discours enflammé devant des centaines de militants rassemblés devant son siège à Tunis.

Les vols au départ et à l'arrivée à l'aéroport international de Tunis ont été annulés car les personnels de la compagnie publique qui gère l'enceinte participent à la grève. 

Tunisair, elle aussi publique, a annoncé l'annulation de tous ses vols. 

Télécoms, services postaux, régies publiques de gaz, d'électricité et d'eau et transports: la grève touche de vastes pans des services.Elle entraîne aussi l'immobilisation des transports en commun (trains, tramways et bus).

Dans son discours, M. Taboubi a imputé au gouvernement l’échec des négociations salariales ayant conduit à la grève.

"C'est un gouvernement intransigeant qui sème la zizanie et répand de fausses informations", a-t-il lancé.Il a accusé des "mercenaires" partisans du pouvoir de "mener des campagnes de diabolisation et de harcèlement" contre l'UGTT.

- "La lutte ne s'arrêtera pas" -

Face à une inflation galopante, l'UGTT réclame notamment de nouveaux accords salariaux pour "corriger le pouvoir d'achat" pour les années 2022 et 2023 ainsi que, rétroactivement, pour 2021.

Elle exige aussi le retrait d'une circulaire gouvernementale interdisant aux ministères de mener des discussions bilatérales sectorielles sans l'accord du chef du gouvernement.

"Ce n'est pas une hausse des salaires que nous demandons, mais de réajuster le pouvoir d'achat des travailleurs pour tenir compte de l'inflation", a dit M. Taboubi, pour qui ce réajustement devrait se situer à plus de 10%. 

"Nous n'arrêterons pas la lutte, quel qu'en soit le coût, tant que nos revendications ne sont pas satisfaites", a-t-il ajouté.

M. Taboubi a souligné que l'UGTT ne renoncerait pas non plus à sa demande de faire supprimer une cotisation d'1% prélevée depuis 2018 sur les salaires pour combler le déficit des caisses sociales.

Cette grève se déroule au moment où Kais Saied, qui s'est arrogé les pleins pouvoirs il y a 11 mois, est sous le feu d'intenses critiques de l'opposition pour l'avoir exclue d'un dialogue national censé aboutir à une nouvelle Constitution qu'il prévoit de soumettre à référendum le 25 juillet.

L'UGTT a décliné une invitation à participer à ce dialogue.

"Nous ne pensons pas que ce dialogue est susceptible de sortir la Tunisie de ses crises", a répété M. Taboubi, affirmant que son organisation "ne servira pas de caution au président Saied ou à un quelconque parti politique". 

- "Echec collectif" -

Ses détracteurs ont beau l'accuser de ne pas tenir compte des énormes difficultés financières du pays, l'UGTT apparaît en position de force puisque le gouvernement a besoin de son soutien au programme de réformes qu'il a soumis au Fonds monétaire international dans l'espoir d'obtenir un nouveau prêt.

Ce plan de réformes prévoit un gel de la masse salariale de la fonction publique, une réduction de certaines subventions et une restructuration des entreprises d'Etat.

L'UGTT demande des "garanties" pour que les entreprises publiques, dont beaucoup de monopoles (office des céréales, électricité, carburants, phosphates, etc..), ne soient pas privatisées.

Acteur influent sur la scène politique depuis sa création en 1946, l'UGTT a reçu en 2015 avec trois autres organisations tunisiennes le prix Nobel de la Paix pour sa contribution à la transition démocratique en Tunisie, berceau du Printemps arabe en 2011 mais où la démocratie vacille depuis le coup de force de M. Saied en juillet 2021.

"Cette grève est la culmination d'un échec collectif de dix gouvernements successifs, de l'UGTT, du FMI et des partenaires internationaux de la Tunisie.La transition vers la démocratie n'a été accompagnée d'aucun changement dans la structure économique du pays", estime Fadhel Kaboub, professeur tunisien d'économie à l'université de Denison aux Etats-Unis.