Viol collectif en RDC: première comparution de dix détenus à Lubumbashi

Par AFP

AFRICA RADIO

Dix détenus poursuivis pour les viols d'une cinquantaine de prisonnières en septembre 2020 dans une prison du sud-est de la République démocratique du Congo ont comparu pour la première fois jeudi à Lubumbashi, a constaté un correspondant de l'AFP.

Poursuivis entre autres pour "viols massifs de femmes prisonnières" et "incendie de la prison de Kasapa", les dix accusés ont comparu, en audience foraine dans cet établissement, où s'était déplacé le tribunal de grande instance de Lubumbashi, dans la province du Haut-Katanga (sud-est). Cette audience s'est tenue en présence de 16 des 56 femmes victimes de ces viols qui avaient eu lieu les 25, 26 et 27 septembre 2020 dans la prison de Kasapa. Les 16 victimes présentes à l'audience purgent encore leurs peines dans cette maison carcérale, tandis que 4 autres ont été transférées dans la prison de Boma (à Likasi) et 36 ont déjà été libérées. Parmi les prisonniers accusés de ces viols, trois sont morts en prison et deux militaires ont été libérés au terme de l'instruction pré-juridictionnelle, a indiqué le procureur. La tenue de cette audience constitue "un début de soulagement, mes clientes ont vu pour la première fois leurs bourreaux" enfin devant la justice, a réagi auprès de l'AFP Me Mélanie Mumba, avocate des victimes. La prochaine audience est prévue pour le 25 novembre. A l'ouverture de ce procès le 28 octobre, l'audience n'a pu se tenir, le parquet ayant affirmé manquer de moyens pour transporter les inculpés, détenus dans deux prisons situées à 120 km de Lubumbashi, jusqu'au tribunal qui siégeait toujours à prison de Kasapa. Le 4 novembre, des femmes de Lubumbashi avaient alors remis 450 dollars à la justice pour l'acheminement au tribunal de ces détenus accusés de ces viols.