Violences en RDC: MSF ferme ses bureaux dans deux villages d'Ituri

AFRICA RADIO

21 mars 2022 à 15h36 par AFP

L'organisation Médecins sans frontières (MSF) a annoncé lundi l'arrêt de ses opérations humanitaires en faveur des populations de deux villages d'Ituri, dans le nord-est de la République démocratique du Congo, quatre mois après une attaque ayant ciblé ses membres.

"L'insécurité et l'impunité obligent MSF à fermer des projets humanitaires vitaux à Nizi et Bambu", a indiqué l'organisation lors d'une conférence de presse. "Cette décision intervient face à l'absence prolongée de garanties de sécurité de la part des différents acteurs qui s'affrontent dans la région", ajoute-t-elle dans un communiqué remis aux journalistes. Ces deux localités sont actuellement contrôlées par l'armée congolaise. Mais des attaques ciblant des positions militaires et des véhicules des voyageurs sont régulièrement enregistrées. "Les risques sont tout simplement trop élevés pour MSF de retourner dans ces zones en confiance (...). Notre mission est de sauver des vies, mais pas au prix des nôtres", a déclaré Olivier Maizoué, responsable des programmes de MSF en RDC. Malheureusement, on "ne connaît pas l'identité des auteurs" des attaques ayant visé MSF, a regretté M. Maizoué, promettant que son organisation continuerait d'apporter de l'assistance médicale dans d'autres secteurs de la province, comme Drodro et Angumu. Les premières victimes de cette mesure de fermeture sont des enfants d'habitants et des déplacés de guerre qui bénéficiaient d'une assistance médicale gratuite de MSF dans cette zone. En pédiatrie, MSF enregistrait jusqu'à "7.000 admissions d'enfants par mois", a indiqué Alexandra Giudiceandrea, cheffe de mission de MSF en RDC. Le 28 octobre, des hommes armés avaient tiré sur le véhicule d'une équipe de MSF qui s'était rendue dans la zone de santé de Bambu pour assister des populations isolées. Deux des cinq personnes à bord avaient été blessées. En juin 2021 dans cette zone, douze personnes avaient été tuées lors de l'attaque et le pillage de l'hôpital général de référence de Boga, soutenu par MSF. "Nous sommes profondément troublés par le climat d'impunité qui règne aujourd'hui dans cette partie de la RDC", a déploré Jérôme Alin, un autre chef de mission de MSF en RDC.