Viols en RDC: des femmes remettent 450 dollars pour faire acheminer des accusés au tribunal

Par AFP

AFRICA RADIO

Des femmes ont remis jeudi 450 dollars à la justice à Lubumbashi, dans le sud-est de la République démocratique du Congo, pour l'acheminement au tribunal de dix détenus accusés du viol collectif de prisonnières, après le raté de la première audience, selon un correspondant de l'AFP.

En septembre 2020, 56 prisonnières avaient été violées trois jours durant lors d'une mutinerie dans la plus grande prison de Lubumbashi. Depuis, le parquet poursuit dix prisonniers identifiés comme auteurs de ces viols qui ont provoqué la contamination au virus du sida de trois femmes et occasionné 16 grossesses, selon les victimes. A l'ouverture du procès le 28 octobre, l'audience n'a pu se tenir, le parquet ayant affirmé manquer de moyens pour transporter les inculpés, détenus dans deux prisons situées à 120 km de Lubumbashi, jusqu'au tribunal qui siégeait à la prison de Kasapa. "Les 900.000 francs congolais (450 dollars) que nous remettons sont le fruit de notre cotisation locale" afin que le transport des accusés puisse être assuré, a déclaré Mme Mamie Umba, porte-parole occasionnelle des associations féminines de Lubumbashi. "Je salue le geste" parce qu'"effectivement les moyens faisaient défaut pour déplacer Les accusés", a réagi Teddy Katumbo Lumbu, procureur de la République près le tribunal de grande instance de Lubumbashi. "Il faut que l'État de droit prôné par le chef de l'État soit vraiment d'application pour ce procès", a-t-il affirmé au moment de la remise de cet argent. Les viols collectifs dans la prison de Kasapa avaient eu lieu les 25, 26 et 27 septembre 2020. Cela fait "déjà une année que 56 femmes ont été violées dans la prison de Kasapa sans que justice ne leur soit rendue. Nous voulons la présence des violeurs à la barre", a tempêté Godelive Yemba, de l'Union des femmes des médias de Lubumbashi. Parmi les prisonniers accusés de ces viols, "deux sont morts en prison", a déclaré Ilunga Dilamuna Konde, directeur de la prison de Kasapa, alors que "36 femmes violées ayant purgé leurs peines" sont libres. "16 femmes parmi les victimes" purgent encore leurs peines.

Voir aussi