Ethiopie: 3 enfants tués lors des frappes sur la capitale du Tigré

Par AFP

AFRICA RADIO

Trois enfants ont été tués et plusieurs personnes blessées lors des frappes aériennes menées lundi par l'armée éthiopienne sur Mekele, la capitale du Tigré en guerre, selon le Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l'ONU (Ocha).

Ces frappes aériennes sont les premières connues sur la ville de Mekele depuis le début du conflit dans la région du Tigré il y a presque un an. "Des agents de santé locaux ont fait état de trois enfants tués et d'une personne blessée dans une frappe aérienne à la périphérie de Mekele dans le Tigré lundi", a indiqué mardi un porte-parole d'Ocha à Genève, Jens Laerke. "Plus tard dans la journée, une deuxième frappe aérienne dans le centre de Mekele aurait blessé neuf personnes et provoqué des dommages sur des maisons et un hôtel voisin", a-t-il ajouté. Le gouvernement éthiopien avait dans un premier temps qualifié de "mensonge total" les informations de sources humanitaires, diplomatiques et médicale faisant état de bombardements. Un média d'Etat a ensuite confirmé l'information, indiquant que des frappes aériennes avaient visé des cibles des rebelles du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF). "L'intensification du conflit est alarmante et nous rappelons une fois de plus à toutes les parties au conflit leurs obligations en vertu du droit humanitaire international de protéger les civils et les infrastructures civiles", a souligné M. Laerke. Après des mois de tensions croissantes avec les autorités régionales dissidentes, issues du TPLF, le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a envoyé l'armée fédérale au Tigré (Nord) le 4 novembre 2020 pour les en chasser. Les forces fédérales avaient rapidement pris le contrôle de la majeure partie de la région, dont Mekele. Mais en juin, le TPLF a repris l'essentiel du Tigré puis a poursuivi son offensive dans les régions voisines de l'Amhara et de l'Afar. L'ONU demande "un accès humanitaire sans restriction et continu à toutes les personnes ayant besoin" d'aide humanitaire, que ce soit de matériel, de carburant, d'argent ou autres, a indiqué M. Laerke. Il a souligné que des centaines de travailleurs humanitaires se trouvent dans le nord de l'Ethiopie et sont "prêts à répondre aux besoins existants et croissants, quel que soit l'endroit où ils se trouvent". Début juillet, l'ONU a averti que 400.000 personnes à travers le Tigré ont "franchi le seuil de la famine". Depuis, la situation n'a fait qu'empirer dans cette région, soumise à un "blocus de facto", selon l'ONU, qui empêche la plupart de l'aide humanitaire d'arriver.