Ethiopie: Abiy Ahmed a une "responsabilité particulière" pour mettre fin au conflit au Tigré (comité Nobel)

Par AFP

AFRICA RADIO

Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed, prix Nobel de la paix en 2019, a une "responsabilité particulière" pour mettre fin au conflit qui ravage la région du Tigré depuis fin 2020, a estimé jeudi le comité Nobel norvégien qui lui avait attribué la prestigieuse récompense.

"En tant que Premier ministre et que prix de la paix, Abiy Ahmed a une responsabilité particulière pour mettre fin au conflit et contribuer à instaurer la paix" dans la région où les hostilités ont fait des milliers de morts, a affirmé la présidente du comité, Mme Reiss-Andersen, dans un courriel à l'AFP. Le Tigré est le théâtre depuis 14 mois d'un conflit armé entre gouvernement fédéral et anciennes autorités locales, issues du Front de libération du Peuple du Tigré (TPLF), parti qui dirigea de fait l'Ethiopie durant près de 30 ans jusqu'à l'arrivée au pouvoir d'Abiy Ahmed en 2018. Couronné du Nobel de la paix l'année suivant sa prise de fonctions, M. Abiy a envoyé en novembre 2020 l'armée fédérale au Tigré pour en destituer les autorités régionales qui contestaient son autorité depuis plusieurs mois et qu'il accusait d'avoir attaqué des bases militaires. La région est aujourd'hui soumise, selon l'ONU, à un "blocus de facto" de l'aide humanitaire. "La situation humanitaire est extrêmement grave et il n'est pas acceptable que l'aide humanitaire ne puisse y entrer suffisamment", a ajouté Mme Reiss-Andersen. Faisant écho à ces propos, le directeur exécutif de l'ONG Human Rights Watch (HRW), Kenneth Roth, a qualifié le même jour de "grande menace" le blocage de l'aide humanitaire par le gouvernement éthiopien. "C'est un exemple classique de punition collective. Cela ne punit pas les forces militaires tigréennes. Cela punit la population au Tigré", a-t-il dit lors d'une conférence de presse à Genève. En raison du conflit au Tigré, des voix se sont élevées pour que le Nobel de la paix soit retiré à M. Abiy devenu "chef de guerre" mais les statuts Nobel ne prévoient pas une telle éventualité. Le comité Nobel a souligné que son rôle n'était pas d'évaluer les lauréats une fois la récompense remise ni de commenter les développements de l'actualité éthiopienne. "Il convient de souligner que le prix attribué à Abiy Ahmed lui a été donné pour ses efforts et les attentes légitimes qui existaient en 2019", a précisé Mme Reiss-Andersen. A l'époque, ce choix avait été motivé par la réconciliation initiée par M. Abiy avec le frère ennemi, l'Erythrée, ses tentatives de médiation dans une région tourmentée ainsi que ses réformes visant à démocratiser l'Ethiopie, longtemps livrée à l'autoritarisme.