La Turquie et l'Afrique s'entendent pour renforcer leurs liens

Par AFP

AFRICA RADIO

La Turquie et une centaine de responsables africains, réunis deux jours durant à Istanbul, se sont engagés à renforcer leurs liens et leur coopération, illustrant l'investissement croissant d'Ankara sur le continent.

Istanbul (AFP)

Au terme de cette réunion samedi, le président Recep Tayyip Erdogan a promis d'envoyer 15 millions de doses de vaccins anti-Covid en Afrique, laissée pour compte dans la distribution mondiale malgré l'apparition et l'identification pour la première fois du nouveau variant Omicron en Afrique du Sud et au Botswana.

Ankara s'est beaucoup investi en Afrique ces deux dernières décennies sous les auspices de M. Erdogan pour développer les liens diplomatiques mais aussi économiques et commerciaux, en particulier dans le domaine de la défense.

Ce sommet de deux jours, qui s'est achevé samedi, est le troisième du genre, destiné à renforcer le partenariat avec le continent dont le chef de l'Etat a visité plus d'une trentaine de pays.

En octobre, il avait déjà convié les hommes d'affaires africains à un Forum économique sur les rives du Bosphore, faisant notamment valoir l'absence de passé colonial de la Turquie en Afrique.

Dans une allocution samedi, M. Erdogan a annoncé que la Turquie prendrait en charge l'acheminement des 15 millions de doses destinées à enrayer la propagation de la pandémie sur le continent.

Les chercheurs turcs ont développé leur propre vaccin, le "Turkovac" et déposé une demande d'approbation d'urgence: dès que ce sera fait, ce vaccin sera partagé avec l'Afrique a promis le président.

- Explosion du volume d'échanges -

Au cours de la semaine écoulée, le nombre d'infections au coronavirus a augmenté de 57 % sur le continent, l'Afrique du Sud étant le pays le plus touché.

M. Erdogan a par ailleurs exprimé le souhait de renforcer les échanges avec l'Afrique dans un grand nombre de domaines, dont la santé, la défense, l'énergie et l'agriculture et les technologies.

"Le potentiel réel entre nous va bien au-delà de nos objectifs actuels", a-t-il insisté.

En clôturant le sommet, il a annoncé l'ouverture prochaine de nouvelles ambassades de Turquie en Afrique, afin de porter leur nombre total à 49 représentations - contre 43 actuellement - sur les 55 pays de l'Union Africaine.

Ankara compte également 38 bureaux commerciaux, a-t-il souligné.

Le volume d'échanges entre la Turquie et l'Afrique est passé en 20 ans de 5,4 milliards de dollars à 25,3 milliards en 2020.

Sur les seuls onze premiers mois de 2021, il a atteint 30 milliards de dollars, a précisé le chef de l'Etat qui vise un objectif de 75 milliards pour l'avenir.

- Nouveau rendez-vous en 2024 -

Un mémorandum d'accord signé pour la période 2022-2026, dont l'AFP a obtenu copie, prévoit également de "renforcer la collaboration" avec l'Afrique dans cinq domaines principaux: outre le commerce et les investissements, la "paix, sécurité et gouvernance; l'éducation, les jeunes et le "développement des femmes"; le "développement des infrastructures et de l'agriculture" et la "promotion des systèmes de santé résilients".

En matière de défense, la Turquie dispose déjà d'une base militaire en Somalie et pousse son avantage avec ses ventes de drones: le modèle TB2 de la société privée Bayraktar - dirigée par un des gendres du président - est le plus demandé après ses succès vantés ces dernières années en Libye et en Azerbaïdjan.

Le Maroc et la Tunisie ont pris livraison de leur premiers drones de combat turcs en septembre et l'Angola a récemment exprimé son intérêt pour ces aéronefs sans pilote lors de la visite de M. Erdogan sur place en octobre.

La Turquie a également signé en août un accord de coopération militaire avec le Premier ministre d'Ethiopie, Abiy Ahmed, englué dans une guerre contre les rebelles du Tigré, avec lequel M. Erdogan s'est entretenu à huis clos vendredi.

Le chef de l'Etat a également eu un rendez-vous privé avec le président du Nigeria, Muhammadu Buhari.

Un nouveau rendez-vous avec le continent a été annoncé pour 2024, cette fois en Afrique.

Selon le ministre des Affaires étrangères turc Mevlut Cavusoglu, seize chefs d'Etat et 102 ministres africains ont pris part à cette réunion.