Melilla: l'Espagne salue la "collaboration" de Rabat dans la "défense" de ses frontières

AFRICA RADIO

27 juin 2022 à 15h36 par AFP

L'Espagne a salué lundi la "collaboration" de Rabat "dans la défense de (ses) frontières", alors que de nombreuses voix s'élèvent pour réclamer une enquête sur la mort d'au moins 23 migrants africains ayant tenté de pénétrer vendredi dans l'enclave espagnole de Melilla.

"Le gouvernement remercie les autorités marocaines pour leur collaboration dans la défense de nos frontières", a déclaré lors d'une conférence de presse la porte-parole de l'exécutif espagnol, Isabel Rodríguez. "Le gouvernement regrette profondément la perte de vies humaines", a-t-elle affirmé, avant d'ajouter que les "mafias internationales se livrant au trafic des êtres humains" étaient à blâmer pour ces décès, un message déjà martelé avec force samedi par le chef du gouvernement, le socialiste Pedro Sánchez. Au moins 23 migrants africains ont péri vendredi, selon les autorités marocaines, lorsqu'environ 2.000 migrants ont tenté d'entrer par la force dans l'enclave espagnole de Melilla, située en territoire marocain. Ce bilan est, de très loin, le plus meurtrier jamais enregistré lors des nombreuses tentatives de migrants de pénétrer à Melilla et dans l'enclave espagnole voisine de Ceuta, les seules frontières terrestres de l'Union européenne avec le continent africain. Des migrants interrogés à Melilla par l'AFP ont raconté avoir été frappés par les forces de l'ordre marocaines, mais aussi par des membres des forces de sécurité espagnoles après avoir franchi le grillage métallique séparant Melilla du Maroc. Pour leur part, les autorités des deux pays ont souligné la "violence" inhabituelle des migrants. Depuis vendredi, de plus en plus de voix s'élèvent pour réclamer une enquête afin d'éclaircir les responsabilités. Le chef de la Commission de l'Union africaine (UA), le Tchadien Moussa Faki Mahamat, a notamment dénoncé dimanche soir "le traitement violent et dégradant de migrants africains" et appelé à "une enquête immédiate sur cette affaire". Il a été rejoint par une cinquantaine d'organisations de défense des migrants, dont l'Association marocaine des Droits de l'Homme (AMDH) ou l'ONG espagnole Caminando Fronteras, qui ont qualifié lundi le drame de Melilla de "symbole tragique des politiques européennes d'externalisation des frontières de l'Union européenne". "La mort de ces jeunes Africains (...) nous alerte sur le caractère mortifère de la coopération en matière de sécurité sur la migration entre le Maroc et l'Espagne", ont-elles ajouté dans un communiqué commun. Cette tentative d'entrée massive à Melilla était la première depuis la normalisation en mars des relations entre Madrid et Rabat, après une brouille diplomatique de près d'un an. Pour Madrid, cette normalisation a pour but principal de s'assurer de la "coopération" de Rabat dans la lutte contre l'immigration illégale.