A Cannes, l'éducation sentimentale d'un jeune de banlieue parisienne

Par AFP

AFRICA RADIO

Sortir des représentations stéréotypées en montrant des hommes fragiles, submergés par leurs émotions: avec "Une histoire d'amour et de désir", présenté à Cannes, Leyla Bouzid redistribue les liens amoureux à travers l'histoire d'Ahmed, un jeune de banlieue parisienne.

Projeté mercredi soir lors de la clôture de la Semaine de la critique, une des principales sections du Festival de Cannes, ce film est le second long métrage de la réalisatrice franco-tunisienne Leyla Bouzid, après "A peine j'ouvre les yeux" (2015) qui avait reçu le Prix du jury à la Mostra de Venise.Le film traite de la rencontre d'Ahmed (Sami Outalbali), 18 ans, Français d'origine algérienne qui a grandi en banlieue parisienne, et Farah (Zbeida Belhajamor), une Tunisienne qui emménage à Paris pour poursuivre ses études de lettres. A rebours de ce que pourrait attendre le spectateur, c'est Farah qui va libérer Ahmed des tabous autour de la sexualité dans lesquels il est enfermé. Poids des traditions et de la religion, peur du qu'en-dira-t-on dans sa cité ... le film décrit, avec beaucoup de sensibilité, la mécanique implacable qui empêche Ahmed de s'émanciper et d'assumer ses désirs, conduisant inéluctablement à une forme de souffrance."Je voulais montrer quelque chose qu'on ne voit jamais à l'écran: ces jeunes Maghrébins, ces Français, qui grandissent en banlieue et qui subissent une forme de misère sexuelle parce qu'il y a un entourage qui fait qu'ils sont très prudes", déclare à l'AFP la réalisatrice.Comme son titre l'indique, le film convoque largement autant le désir que l'amour éprouvés par les deux jeunes, grâce notamment à l'utilisation, tout au long du film, de textes (poésies, nouvelles...) érotiques arabes datant du XIIe siècle.Le film défend aussi une autre représentation des hommes: "Ils ne sont presque jamais représentés comme étant fragiles, timides, submergés par leurs émotions alors qu'il me semble que c'est quelque chose qui existe dans la vie en dehors de toute origine et toute identité", souligne-t-elle.Ancré en partie en banlieue parisienne, le film, qui décrit un monde qui "enferme", avec des habitants assignés à leurs origines, bien loin de l'idéal émancipateur républicain, fait, sans outrance, écho aux débats sur l'intégration et la banlieue, omniprésents dans le débat politique français."L'émancipation d'un jeune garçon qui est français d'origine algérienne, forcément il y a quelque chose de politique là dedans même s'il est avant tout question d'un homme qui s'ouvre progressivement à la vie", insiste la réalisatrice.