Dépêches AFP

Alger réclame le soutien de Paris pour régler le contentieux nucléaire

08 avril 2021 à 20h04 Par AFP
Le chef de l'armée algérienne, Saïd Chanegriha, a sollicité l'assistance de Paris pour la "réhabilitation" des sites des essais nucléaires français au Sahara il y a 60 ans, lors d'une rencontre avec son homologue français, le général François Lecointre, jeudi à Alger. Le chef d'état-major de l'Armée nationale populaire (ANP) a reçu le général Lecointre au cours d'un déplacement non annoncé, avant une visite prévue du Premier ministre français, Jean Castex dimanche. Cette dernière visite a finalement été annulée jeudi soir à la demande d'Alger, mécontent de la taille de la délégation ministérielle française.Un porte-parole de l'état-major français a confirmé la visite du général Lecointre à l'AFP, évoquant le "potentiel" de la coopération militaire bilatérale, sans préciser la teneur des conversations. M. Chanegriha a lui évoqué "la problématique liée à la réhabilitation des deux anciens sites d'essais nucléaires français, à Reggane et In-Ikker (sud)", selon un communiqué du ministère algérien de la Défense cité par l'agence de presse officielle APS.Alger considère que la France doit "assumer ses responsabilités historiques" et "décontaminer" les sites des essais nucléaires effectués dans le Sahara algérien. La France, qui a colonisé l'Algérie de 1830 à 1962, a procédé à 17 essais nucléaires au Sahara algérien entre 1960 et 1966, sur les sites de Reggane puis d'In Ekker.Onze d'entre eux, tous souterrains, sont postérieurs aux accords d'Evian de 1962, qui actaient la fin de la guerre d'indépendance de l'Algérie, mais une clause permettait à la France d'utiliser jusqu'en 1967 les sites du Sahara.Le dossier des essais nucléaires est l'un des principaux contentieux mémoriels entre Alger et Paris.- "Cartes topographiques" -Le haut gradé algérien a déclaré attendre le "soutien" du groupe mixte algéro-français, lors de sa 17e session prévue en mai 2021 "pour la prise en charge définitive des opérations de réhabilitation des sites de Reggane et In Ekker".Alger souhaite également l'aide de la France pour "fournir les cartes topographiques permettant la localisation des zones d'enfouissement, non découvertes à ce jour, des déchets contaminés, radioactifs ou chimiques", a ajouté M. Chanegriha.A l'approche du 60e anniversaire de l'indépendance de l'Algérie (5 juillet 1962), le président français Emmanuel Macron a engagé une série d'"actes symboliques" afin de "réconcilier les mémoires" dans une relation qui reste complexe et passionnelle.Il a notamment reconnu, "au nom de la France", que l'avocat et dirigeant nationaliste Ali Boumendjel avait été "torturé et assassiné" par l'armée française et décidé de faciliter l'accès aux archives classifiées sur la guerre d'Algérie.- "Danger terroriste " -Alger réclame la restitution des archives liées à la colonisation et "toute la lumière" sur les disparus algériens durant la guerre --qu'elle estime à 2.200-- ainsi que l'indemnisation des victimes des essais nucléaires dans le Sahara algérien.Les deux chefs d'état-major ont également discuté de "l'état de la coopération militaire entre les deux pays" et échangé sur la crise au Sahel et la menace jihadiste, a souligné le général Chanegriha, évoquant notamment "l'initiative du Comité d'état-major opérationnel (Cemoc)", un dispositif regroupant des forces armées de plusieurs pays du Sahel sous l'égide de l'Algérie.Une récente réforme de la Constitution a ouvert la voie à un possible déploiement à l'étranger de l'armée algérienne, première puissance militaire du Maghreb, dans le cadre d'opérations internationales de maintien de la paix.