Dépêches AFP

Zimbabwe: Washington dénonce la répression et appelle au dialogue national

12 février 2019 à 18h23 Par AFP
Les Etats-Unis ont dénoncé mardi la répression engagée au Zimbabwe par les forces de l'ordre contre la colère sociale et ont appelé toutes les parties à participer au dialogue national boudé par l'opposition. Le porte-parole du département d'Etat américain Robert Palladino a réitéré dans un communiqué les "inquiétudes" de Washington face à "l'usage excessif de la force" par le gouvernement depuis que des manifestations contre le doublement des prix des carburants ont dégénéré dans tout le pays mi-janvier.Selon M. Palladino, le bilan de cette répression est d'au moins "13 morts, 600 victimes de violence, torture ou viol, et plus de 1.000 arrestations"."Le recours à la violence contre la société civile par le gouvernement du Zimbabwe et les restrictions excessives d'internet trahissent la promesse de donner le jour à un nouveau Zimbabwe", a protesté le porte-parole."Les Etats-Unis appellent toutes les parties à rejoindre immédiatement le dialogue national", qui doit toutefois être "crédible, inclusif et sous l'égide d'une médiation neutre", a-t-il poursuivi.Robert Palladino a estimé que la fin des "violences excessives et des indimidations" de la part des autorités, ainsi que la "libération immédiate des militants de la société civile arrêtés arbitrairement", étaient des conditions à la réussite de ce dialogue.Les membres des forces de l'ordre responsables de violations des droits humains doivent également "rendre des comptes", a-t-il insisté. Washington a enfin exhorté le gouvernement du président Emmerson Mnangagwa à mener à bien les réformes politiques et économiques promises lors de son arrivée au pouvoir après la chute de Robert Mugabe fin 2017.Le président du Zimbabwe a tenté la semaine dernière de relancer le "dialogue national" mais son initiative a été boudée par l'opposition, qui exige la fin de la répression.