Angola: funérailles nationales de l'ex-président José Eduardo dos Santos

AFRICA RADIO

28 août 2022 à 8h51 par AFP

L'Angola tient dimanche à Luanda des funérailles nationales pour l'ex-président, José Eduardo dos Santos, qui a marqué l'histoire du pays par 38 ans d'un règne autoritaire, entaché d'accusations de corruption et de népotisme, laissant aujourd'hui un héritage controversé.

Ces hommages interviennent quelques jours après que les Angolais ont été appelés aux urnes pour les élections législatives les plus disputées de l'histoire du pays et dont les résultats préliminaires sont déjà contestés. La tête de liste du parti vainqueur sera automatiquement investi aux fonctions de chef d'Etat. A la tête de l'Angola de 1979 à 2017 sans avoir jamais été directement élu, avec le parti au pouvoir depuis l'indépendance (MPLA), M. dos Santos est mort le 8 juillet, à 79 ans, dans une clinique de Barcelone où il avait été hospitalisé après un arrêt cardiaque. Son corps a été rapatrié la semaine dernière d'Espagne, où il vivait depuis 2019. Une querelle avait opposé plusieurs de ses enfants opposés au rapatriement du corps, au gouvernement angolais qui souhaitait organiser des funérailles nationales. La justice espagnole a tranché. Une douzaine de chefs d'Etat et de gouvernement sont attendus dimanche pour la cérémonie officielle, conduite dans la matinée par l'actuel président Joao Lourenço, sur la place de la République dans le centre de la capitale. Des coups de canon seront tirés. Après les honneurs militaires, une minute de silence sera observée. Des représentants de la famille doivent prendre la parole. Samedi, aucun des enfants de l'ancien chef d'Etat n'étaient présents lors de l'exposition du cercueil au public. La fille aînée, Isabel, traquée par les juges pour une série d'enquêtes pour corruption, avait écrit la semaine dernière sur les réseaux sociaux qu'elle ne sera pas présente. Un cortège funèbre conduira ensuite la dépouille au cimetière où l'ex-président sera enterré. José Eduardo dos Santos a fait de l'Angola, riche en ressources naturelles, l'un des premiers producteurs de pétrole du continent avec le Nigeria. Mais il s'est servi de cette manne pour s'enrichir avec sa famille, tandis que le reste du pays restait l'un des plus pauvres de la planète. Devenu l'un des chefs d'Etat africains à la plus grande longévité, il s'était imposé hors des frontières comme un des poids lourds du continent. Usé par la maladie, il a quitté le pouvoir à presque 75 ans, en désignant comme successeur l'actuel président, Joao Lourenço, élu en 2017 et proche d'obtenir un second mandat. Avant son départ, M. dos Santos avait fait passer des lois lui assurant une large immunité judiciaire.