Antony Blinken au Rwanda, dernière étape de sa tournée africaine

AFRICA RADIO

11 août 2022 à 8h36 par AFP

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken devait s'entretenir jeudi avec le président rwandais Paul Kagame à l'occasion d'une brève visite au Rwanda, troisième et dernière étape de sa tournée africaine après l'Afrique du Sud et la République démocratique du Congo (RDC).

Sa visite à Kigali intervient au lendemain de ses entretiens en RD Congo qui ont largement porté sur le soutien apporté par le Rwanda à un groupe rebelle opérant dans l'est de la RDC, largement documenté par un rapport des Nations unies diffusé début août mais catégoriquement démenti par Kigali. Arrivé mercredi soir à Kigali, le diplomate américain devrait également évoquer la situation des droits de l'homme au Rwanda, régulièrement dénoncée par la société civile et des ONG internationales. "L'absence de réaction face à l'épouvantable bilan des droits humains au Rwanda, n'a fait qu'encourager les responsables de ce pays sur la voie des abus, même au-delà de ses frontières", a affirmé Lewis Mudge, le directeur pour l'Afrique centrale de l'ONG Human Rights Watch (HRW), dans un communiqué publié lundi. L'ONG de défense des droits de l'homme a appelé Antony Blinken à "signifier d'urgence (à Kigali) qu'il y aurait des conséquences à la répression et aux abus exercés par le gouvernement au Rwanda et au-delà". La responsable de l'opposition rwandaise Victoire Ingabire a fait écho à HRW en affirmant à l'AFP que Blinken devait "soulever la question des journalistes et des politiciens emprisonnés" pour s'être opposés au gouvernement de Paul Kagame. "Blinken doit demander à notre gouvernement d'ouvrir un espace politique à tous ceux qui veulent participer activement à la vie politique", a souligné Victoire Ingabire qui a elle-même passé six ans en prison pour "terrorisme". Le secrétaire d'Etat américain devrait également aborder le cas de Paul Rusesabagina, rendu célèbre par le film "Hôtel Rwanda" sorti en 2004, qui narre comment ce Hutu modéré a sauvé des centaines de vies pendant le génocide de 1994. Il purge depuis l'an dernier une peine de 25 ans de prison et dispose d'un statut de résident permanent aux Etats-Unis. La famille de Paul Rusesabagina a déclaré dans un communiqué qu'elle espérait de M. Blinken que son "engagement direct" aide à mettre fin à leur "cauchemar" et celui de leur proche, 68 ans, dont la santé se détériore selon elle. Ces efforts diplomatiques surviennent à l'heure où le ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Lavrov a effectué son propre tour en Afrique, où il a blâmé les sanctions occidentales contre la Russie pour la flambée des prix des denrées alimentaires, une hypothèse rejetée par Washington. Le chef de la diplomatie russe s'est rendu fin juillet en Egypte, au Congo, en Ouganda et en Ethiopie. Il s'agit du deuxième déplacement d'Antony Blinken en Afrique subsaharienne depuis sa prise de fonctions. L'année dernière, il s'était rendu au Kenya, au Nigeria et au Sénégal.