Burkina: le gouvernement confirme que l'ex-président Compaoré est "attendu" en fin de semaine

AFRICA RADIO

6 juillet 2022 à 16h51 par AFP

L'ex-président burkinabè Blaise Compaoré, en exil en Côte d'Ivoire depuis qu'il a été renversé en 2014 par une insurrection populaire, est "attendu" à Ouagadougou pour participer à une réunion d'anciens chefs d'Etat "d'ici la fin de la semaine", a déclaré mercredi le porte-parole du gouvernement.

"D'ici la fin de la semaine, une rencontre importante entre les anciens chefs d'Etat du Burkina Faso sera organisée dans le but d'accélérer la question de la réconciliation", a annoncé Lionel Bilgo, ajoutant que la venue de M. Compaoré était "très probable et même attendue". Mardi soir, l'entourage de Blaise Compaoré et une source proche du pouvoir à Ouagadougou avaient indiqué que l'ancien président devait retourner dans son pays pour un court séjour. Mercredi, le porte-parole du gouvernement ivoirien, Amadou Coulibaly a confirmé que "des contacts" avaient été pris avec la Côte d'Ivoire. "Le Burkina Faso s'est engagé dans un processus de réconciliation (...) toutes les dispositions sont en train d'être prises pour que le président Compaoré participe activement à ce ce processus", a-t-il insisté. La date exacte du retour de M. Compaoré qui possède également la nationalité ivoirienne n'a toutefois pas encore été dévoilée. Le 6 avril, l'ex-président avait été condamné par contumace au Burkina à la prison à perpétuité pour son rôle dans l'assassinat de son prédécesseur Thomas Sankara, lors d'un coup d'Etat qui l'avait porté au pouvoir en 1987. Dans un communiqué, mercredi, les avocats de Thomas Sankara ont appelé les autorités judiciaires à "faire arrêter et déférer" Blaise Compaoré à son arrivée au Burkina Faso. Le président Compaoré avait été contraint de partir en exil en Côte d'Ivoire en octobre 2014, au lendemain de violentes émeutes populaires et sous la pression de l'armée et de l'opposition, qui s'opposaient à sa volonté de vouloir rester au pouvoir.