Cameroun anglophone: quatre membres de l'administration pénitentiaire tués

AFRICA RADIO

13 avril 2022 à 13h51 par AFP

Quatre membres de l'administration pénitentiaire, dont le délégué régional, ont été tués mardi dans une embuscade tendue par des hommes armés dans le nord-ouest anglophone du Cameroun, en proie à un sanglant conflit séparatiste, a déclaré mercredi à l'AFP le préfet du département.

Le Nord-Ouest et le Sud-Ouest sont peuplés principalement par la minorité anglophone du Cameroun, dont une partie s'estime ostracisée par la majorité francophone de ce pays dirigé d'une main de fer depuis près de 40 ans par le président Paul Biya, 89 ans. Depuis 2017, des groupes séparatistes et l'armée s'affrontent dans un sanglant conflit dont les civils sont souvent les victimes. "Une embuscade tendue mardi par des séparatistes a coûté la vie au délégué régional de l'administration pénitentiaire du Nord-Ouest et à trois de ses collaborateurs sur l'axe entre Nkambé et Kumbo", à environ 450 km au nord de la capitale Yaoundé, a affirmé Gilbert Menyong Sunday, contacté par téléphone. Depuis cinq ans, le conflit a fait plus de 6.000 morts et a déplacé environ un million de personnes, selon le centre de réflexion International Crisis Group (ICG). Le 2 mars, sept personnes, dont un sous-préfet et un maire, avaient été tués par des hommes armés sur une route dans la région du Sud-Ouest. L'organisation Médecins Sans Frontières a annoncé le 5 avril la suspension de ses activités humanitaires dans la région du Sud-Ouest en raison de la détention de quatre employés locaux accusés de "complicité" avec des rebelles. Les groupes armés sont pointés du doigt pour des enlèvements, des meurtres ou des mutilations de civils qu'ils accusent de "collaborer" avec Yaoundé ou avec des responsables de l'administration et des personnalités politiques locales.