Cameroun: le procès en appel de 39 militants de l'opposition à nouveau renvoyé

AFRICA RADIO

20 octobre 2022 à 19h21 par AFP

Le procès en appel de 39 militants de l'un des deux principaux partis d'opposition au Cameroun, condamnés à de la prison ferme en première instance et qui devait se tenir jeudi à Yaoundé, a de nouveau été renvoyé au 17 novembre, a constaté un journaliste de l'AFP.

En décembre 2021, 47 militants et cadres du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) de Maurice Kamto, rival malheureux du président Paul Biya réélu en 2018 pour un huitième mandat, avaient été condamnés à des peines allant de un à sept ans de prison ferme, notamment pour "rébellion" et "tentative d'insurrection". Parmi eux figure le trésorier du parti. Ils avaient été arrêtés il y a deux ans avec des centaines d'autres personnes dans tout le pays alors que leur parti et plusieurs autres organisaient des "marches pacifiques" contre le régime de M. Biya, 89 ans, au pouvoir sans partage depuis près de 40 ans. Amnesty international avait alors accusé le président de poursuivre une "implacable répression" de toute opposition, caractérisée par des "arrestations et détentions arbitraires". A l'ouverture du procès le 15 septembre, le parquet du tribunal militaire de Yaoundé avait demandé à la Cour de rejeter la plupart des requêtes d'appels, estimant que certains actes de procédure avaient été déposés "hors délais". Mais jeudi, les avocats des accusés ont plaidé leur recevabilité pendant plusieurs heures, assurant que les délais avaient été respectés et accusant notamment un membre du parquet militaire d'avoir produit un "faux" lors de la procédure. Le président du tribunal a annoncé qu'il rendra le verdict de la Cour sur la recevabilité des requêtes d'appel le 17 novembre. "Nous sommes prêts à débattre du fond du dossier", a réagi à l'AFP Me Hippolyte Meli, président d'un collectif de défense des "prisonniers politiques" du MRC. "Nous avons produit notre liste de témoins comprenant les noms des membres du gouvernement qui ont organisé cette cabale, y compris des officiers qui ont été mis à contribution avec des actes de torture", a-t-il accusé, précisant que la défense comptait sur la comparution de ces témoins afin que la lumière soit faite sur ce qui s'est passé pendant et après l'arrestation des accusés. Présent au procès depuis son ouverture, M. Kamto, qui assure la défense de ses militants aux côtés des autres avocats, n'a pas encore pris la parole devant la Cour. Mardi, la défense a introduit une requête pour exiger le changement de l'équipe des juges, contestant notamment la présence parmi eux d'un militaire, mais la demande a été rejetée par la Cour jeudi. Une soixantaine de militants du MRC sont encore détenus dans le pays, selon Me Meli.