Des milliers de Soudanais dans la rue contre le putsch et la répression

AFRICA RADIO

17 novembre 2022 à 17h06 par AFP

La police soudanaise a tiré des grenades lacrymogènes sur des milliers de partisans de la démocratie qui dénoncent le putsch du général Abdel Fattah al-Burhane et manifestaient jeudi pour l'anniversaire de la journée de répression la plus sanglante pour leur mouvement, ont constaté des journalistes de l'AFP.

"Les militaires à la caserne", a crié la foule, comme à chaque défilé, poursuivant la mobilisation en cours depuis le coup d'Etat du 25 octobre 2021, malgré une répression qui a fait depuis 119 morts et des milliers de blessés, selon des médecins. Les forces de sécurité ont tiré des grenades lacrymogènes, ont constaté des journalistes de l'AFP, alors que la veille le Haut commissaire de l'ONU aux droit humains Volker Türk avait plaidé, à Khartoum, pour la retenue. "J'appelle les autorités à ordonner clairement aux forces de sécurité de répondre aux manifestations en respectant les droits humains", avait-il dit à la presse, exhortant policiers et soldats à "ne pas voir les manifestants comme des adversaires". D'autres slogans s'en prenaient aux Forces pour la liberté et le changement (FLC), le bloc politique civil historique, qui ont partagé le pouvoir avec l'armée après la chute du dictateur Omar el-Béchir en 2019, jusqu'à ce que leurs représentants soient brutalement limogés le jour du putsch. Elles négocient actuellement un accord de sortie de crise avec les militaires basé sur une proposition de Constitution rédigée par l'Association prodémocratie du barreau soudanais. "A quel prix les FLC ont-elles vendu notre sang?", scandaient des manifestants dont le mot d'ordre est depuis avant même le coup d'Etat "Ni compromis, ni négociation" avec les militaires. Un an après le putsch, aucun observateur n'imagine possible la tenue des élections promises à l'été 2023 et aucune figure politique ne semble prête à rejoindre le gouvernement civil annoncé par le général Burhane. L'unique planche de salut semble aujourd'hui l'initiative du barreau soudanais. Mercredi, les FLC ont dit avoir approuvé un plan en deux phases basé sur ce texte qui prévoit notamment un gouvernement civil et d'aborder ensuite la question de la justice transitionnelle ainsi que de la réforme des forces armées. Dimanche, le général Burhane a assuré que l'armée avait reçu "un document". "Nous y avons ajouté des éléments pour préserver la dignité de l'armée, son unité et son indépendance", a-t-il ajouté.

Voir aussi