Espagne: le corps de l'ex-président angolais autopsié après l'accord de la justice

AFRICA RADIO

11 juillet 2022 à 10h21 par AFP

Le corps de l'ancien président angolais Jose Eduardo dos Santos, mort vendredi à Barcelone, a été autopsié à la demande d'une de ses filles, qui juge son décès "suspicieux", ont indiqué lundi ses avocats à l'AFP.

Une porte-parole du tribunal de Barcelone (nord-est de l'Espagne) a confirmé pour sa part qu'un juge avait donné vendredi son feu vert à cette autopsie, sans plus de précisions. Selon les avocats de la fille de l'ex-homme fort de l'Angola, Tchizé dos Santos, qui avait réclamé cette autopsie dès l'annonce du décès de son père, les résultats ne sont pas encore connus. Jose Eduardo dos Santos, qui a présidé l'Angola de 1979 à 2017, est mort dans une clinique barcelonaise où il était hospitalisé depuis le 23 juin après un arrêt cardiaque. L'ancien chef d'Etat avait quitté l'Angola pour Barcelone en avril 2019, officiellement pour raisons de santé. Son placement en soins intensifs, révélé par la presse, avait mis au jour des tensions au sein de sa famille, notamment entre l'épouse de dos Santos, Ana Paula, et Tchizé dos Santos, âgée de 44 ans. Cette dernière, qui a porté plainte en Espagne quelques jours avant le décès pour "tentative d'homicide", a estimé samedi dans un communiqué qu'il existait "une série d'indices" laissant penser que la mort de son père s'était produite dans des "conditions suspicieuses". Tchizé dos Santos estime, selon ses avocats, qu'Ana Paula et le médecin personnel de l'ex-président sont responsables de la détérioration de son état de santé. Selon elle, son père et Ana Paula étaient séparés depuis un moment. Cette dernière n'avait en outre pas de pouvoir de décision sur la santé de son père car leur mariage n'était pas reconnu juridiquement en Espagne. L'ancien président "a exprimé son souhait d'être enterré dans l'intimité en Espagne" et non "en Angola avec des funérailles nationales qui pourraient favoriser le gouvernement actuel", insiste sa fille dans ce communiqué. Dauphin de dos Santos, l'actuel président angolais Joao Lourenço avait surpris en lançant une vaste campagne contre la corruption ciblant la famille de son prédécesseur, dès son arrivée au pouvoir. Né dans un bidonville de la capitale Luanda, Jose Eduardo dos Santos est accusé d'avoir largement détourné les ressources angolaises en favorisant sa famille et ses proches. Une autre de ses filles, Isabel, est considérée comme la femme la plus riche d'Afrique.