Ethiopie : un groupe shebab "détruit" après avoir pénétré dans le sud-est

AFRICA RADIO

23 juillet 2022 à 20h06 par AFP

Les autorités de la région éthiopienne de Somali ont affirmé samedi avoir "détruit" un groupe d'islamistes radicaux shebab qui y ont pénétré à partir de la Somalie voisine, dans une rare incursion en territoire éthiopien.

"Un groupe armé shebab entré il y a quatre jours par un endroit appelé Ato dans la zone d'Afder, en région Somali, a été encerclé (...) puis complètement détruit", a déclaré dans un communiqué sur Facebook le bureau de communication de la région Somali, dans le sud-est de l'Ethiopie. Selon ce communiqué, les shebab ont été arrêtés au moment où ils voulaient "traverser le district d'El-Kere", situé à plus de cent kilomètres à vol d'oiseau de la frontière avec la Somalie. "Au cours de l'opération qui a duré trois jours, plus de 100 membres du groupe terroriste ont été tués" et 13 véhicules détruits, est-il écrit dans ce texte. Jeudi, des responsables administratifs et des habitants de la région somalienne de Bakool, située de l'autre côté de la frontière, avaient rapporté à l'AFP des attaques shebab la veille sur les localités d'Ato et de Yeed, où se trouvent des bases militaires abritant des forces de "Liyu", une unité spéciale de la police régionale de Somali qui participe à la protection de la frontière entre les deux pays. Aucun bilan précis n'était disponible mais un membre de l'administration du district somalien d'Hudur avait affirmé qu'il s'agissait des "combats les plus violents jamais connus autour de ces villes" de l'Ouest somalien. "Ils ont duré environ six heures avant que les militants ne soient repoussés, il y a des morts et des blessés des deux côtés", avait dit ce responsable, Mohamed Malim. Groupe islamiste lié à Al-Qaïda, les shebab sont depuis 15 ans engagés dans une insurrection contre le gouvernement fédéral somalien, soutenu par la communauté internationale et une force de l'Union africaine composée de soldats de cinq pays africains, dont l'Ethiopie et le Kenya. Chassés des principales villes de Somalie, dont la capitale Mogadiscio en 2011, ils restent implantés dans de vastes zones rurales. Ils mènent plus rarement des attaques à l'étranger. Celles-ci ont essentiellement visé le Kenya, avec notamment de sanglants attentats contre le centre commercial Westgate à Nairobi en septembre 2013 (67 morts), contre l'université de Garissa en avril 2015 (148 morts) et contre le complexe hôtelier Dusit, à Nairobi, en janvier 2019 (21 morts).