France: le Conseil d'Etat se penche sur le cas d'un imam menacé d'expulsion vers le Maroc

AFRICA RADIO

24 août 2022 à 16h21 par AFP

L'imam du nord de la France sera-t-il expulsé vers le Maroc ? La plus haute juridiction administrative française examine vendredi une requête du ministre de l'Intérieur, qui entend obtenir à terme l'expulsion du prédicateur.

La décision du Conseil d'Etat concernant cet imam, né en France il y a 58 ans mais de nationalité marocaine, est attendue dans les 48 heures. Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, avait annoncé le 28 juillet l'expulsion du prédicateur Hassan Iquioussen, réputé proche des Frères musulmans, pour des appels à la haine et à la violence contre la communauté juive, notamment. Dans un arrêté ministériel que l'AFP a pu consulter, le ministère de l'Intérieur justifiait cette expulsion par le fait que l'imam diffusait "auprès d'un large public depuis le début des années 2000 (...) un discours prosélyte émaillé de propos incitant à la haine et à la discrimination et porteur d'une vision de l'islam contraires aux valeurs de la République". Le ministère reprochait notamment à l'imam "un discours à teneur antisémite particulièrement virulent" et de prôner la "soumission" des femmes "au profit des hommes". Gérald Darmanin, a également indiqué début août que M. Iquioussen était fiché S (pour sûreté de l'Etat) par les renseignements intérieurs français "depuis dix-huit mois". "C'est à la justice de décider de l'éloignement" de M. Iquioussen avait réagi son avocate Me Lucie Simon, après l'annonce de l'arrêté d'expulsion, estimant que son client "ne représente aucune menace grave pour l'ordre public". L'avocate avait déposé devant le tribunal administratif de Paris un recours contre l'arrêté d'expulsion. Le lendemain, celui-ci décidait de suspendre l'expulsion vers le Maroc de M. Iquioussen en estimant qu'elle porterait une "atteinte disproportionnée" à la "vie privée et familiale" de l'imam, bien qu'il admettait que l'imam avait tenu des "propos rétrogrades" sur la place de la femme dans la société française. Mais, selon le tribunal, cela ne pouvait justifier la mesure d'expulsion de M. Iquioussen "né en France où il réside depuis sa naissance avec son épouse et ses cinq enfants français et ses quinze petits-enfants français". Concernant les propos antisémites, "il ne ressort pas des pièces du dossier qu'il aurait réitéré des propos antisémites postérieurement à 2014", selon la décision. Dans un entretien publié par le Journal du dimanche, M. Darmanin s'est dit "surpris" par la décision du tribunal. Depuis qu'elle a pris la défense de Hassan Iquioussen, Me Lucie Simon a reçu de nombreux messages de menaces et d'injures. L'une des trois magistrats qui a signé l'ordonnance de suspension de l'expulsion de l'imam a elle aussi été menacée et a vu son nom publié sur Twitter. Les deux femmes ont déposé plainte auprès du tribunal judiciaire de Paris.