G7 et pays vulnérables lancent un "bouclier" contre les risques climatiques

AFRICA RADIO

14 novembre 2022 à 12h51 par AFP

La présidence allemande du G7 et une soixantaine de pays vulnérables ont lancé lundi à la COP27 une nouvelle structure pour aider les populations à financer les impacts du réchauffement, une initiative accueillie avec prudence par les ONG.

Ce "bouclier mondial contre les risques climatiques", qui a recueilli à ce stade plus de 200 millions d'euros, vise à pallier les "faiblesses des structures de protection financière" dans les pays vulnérables via un "financement pré-organisé" qui peut être déboursé avant ou juste après une catastrophe climatique, selon le communiqué commun de l'Allemagne et du V20, qui compte 58 pays. Cela inclut en particulier des systèmes d'assurance contre les dégâts causés aux récoltes, aux bâtiments ou contre l'interruption d'activités d'une entreprise. "Cela peut être des systèmes de protection sociale adaptatifs", ou "un soutien financier immédiat à un gouvernement pour reconstruire un pont ou une école", a ajouté lors d'une conférence de presse à Charm el-Cheikh la ministre allemande du Développement, Svenja Schulze, évoquant des plans "faits sur mesure" pour chaque pays. L'idée de mettre en place ce nouveau système avait été approuvée par les pays du G7 lors de leur sommet de juin. Le bouclier a recueilli à ce stade 170 millions d'euros de l'Allemagne, ainsi que 60 millions de la France sur trois ans, 10 millions d'euros de l'Irlande, près de 5 millions d'euros du Danemark et 7 millions de dollars du Canada. Il bénéficiera à un premier groupe de pays incluant Bangladesh, Costa Rica, Fiji, Ghana, Pakistan, Philippines et Sénégal. Alors que la question des "pertes et dommages" déjà subis par les pays en développement et de leur financement est un des points chauds de la conférence de l'ONU sur le climat (COP27), ce bouclier, présenté par l'Allemagne comme une des réponses aux "pertes et dommages", ne fait pas l'unanimité. "Les compagnies d'assurance, par nature, sont réticentes à couvrir ou à payer", a jugé Teresa Anderson, d'ActionAid International. "Cela ne peut pas détourner l'attention de la demande première des pays en développement de créer un mécanisme financier pour les pertes et dommages à la COP27", a ajouté Harjeet Singh, du Climate Action Network. Création d'un mécanisme dédié auquel les pays développés s'opposent. Malgré tout, "le bouclier mondial n'a que trop tardé", a déclaré dans un message vidéo Ken Ofori-Atta, ministre des Finances du Ghana et président du V20, soulignant que les pays vulnérables "payaient déjà" pour les pertes et dommages. Le V20 estime que les dommages causés par les impacts climatiques aux économies de ses membres à 525 milliards de dollars depuis 2000. Ce bouclier "n'est pas une tactique pour éviter toute négociation formelle sur les pertes et dommages ou des arrangements financiers à cette COP", a assuré de son côté Svenja Schulze, notant que ce n'était "pas la solution unique" à ce problème et qu'il fallait notamment se pencher aussi sur les événements à évolution lente comme la montée des océans et sur les pertes "non économiques".