Kenya: confusion après l'annonce d'une rupture des liens avec les indépendantistes sahraouis

AFRICA RADIO

15 septembre 2022 à 0h36 par AFP

Un tweet du nouveau président du Kenya, William Ruto, annonçant mercredi une rupture des liens diplomatiques de son pays avec la République arabe sahraouie (RASD) autoproclamée, a été supprimé quelques heures plus tard, ce qui a semé la confusion.

Le "Kenya annule sa reconnaissance de la RASD et prend des mesures pour réduire la présence de cette entité dans le pays", avait écrit mercredi matin sur Twitter M. Ruto après des discussions avec le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita. Un peu plus tard, il a supprimé ce message sans fournir d'explication. Cette annonce inattendue était intervenue à peine 24 heures après la cérémonie d'investiture de M. Ruto, à laquelle a assisté le chef du mouvement indépendantiste Front Polisario, Brahim Ghali, à Nairobi. Le Front Polisario (indépendantiste), soutenu par l'Algérie, veut un Etat indépendant au Sahara occidental, une vaste étendue désertique que le Maroc considère comme faisant partie de son propre territoire. M. Bourita lui a remis un message de félicitations du roi du Maroc Mohammed VI, a indiqué M. Ruto, ajoutant que les deux pays avaient convenu d'améliorer leurs relations "entre autres dans les domaines du commerce, de l'agriculture, de la santé, du tourisme et de l'énergie". "Le Kenya soutient le cadre des Nations unies comme mécanisme exclusif pour trouver une solution durable au différend", a aussi déclaré le président Ruto sur Twitter, en maintenant ce message. - Apre bataille diplomatique - Ancienne colonie espagnole, le Sahara occidental se trouve à l'extrémité ouest du vaste désert du même nom, qui s'étend le long de la côte atlantique. Le Polisario, qui a proclamé la RASD en 1976, continue de réclamer, avec le soutien de l'Algérie, la tenue d'un référendum prévu par l'ONU au moment de la signature d'un cessez-le-feu entre les belligérants en 1991. De son côté, le Maroc, qui contrôle 80% du territoire, prône une autonomie sous sa souveraineté exclusive. Les deux camps se livrent à une âpre bataille diplomatique pour s'assurer du soutien de leurs alliés. L'ONU, qui considère le Sahara occidental comme un "territoire non autonome" en l'absence d'un règlement définitif, y a déployé une mission de maintien de la paix, la Minurso. Le diplomate italo-suédois Staffan de Mistura a été nommé en novembre dernier comme envoyé spécial du secrétaire général de l'ONU afin de tenter de trouver une solution politique au conflit. L'Union africaine (UA) reconnaît la République arabe sahraouie comme un de ses membres. Dans un discours le mois dernier, Mohammed VI a exhorté les pays partenaires du Maroc à "clarifier" leur position sur la question du territoire disputé du Sahara occidental et à le soutenir "sans aucune équivoque". Ce dossier est "le prisme à travers lequel le Maroc considère son environnement international", a affirmé le souverain.