Macron aux jeunes Africains: "votre avenir, ce n'est pas l'anti-France"

AFRICA RADIO

26 août 2022 à 11h51 par AFP

Le président français, Emmanuel Macron, a appelé vendredi à Alger les jeunes Algériens et Africains à "ne pas se laisser embarquer" par "l'immense manipulation" de "réseaux" téléguidés "en sous-main" par des puissances étrangères qui présentent la France comme "l'ennemie" de leurs pays.

"Je veux dire simplement la jeunesse africaine: expliquez-moi le problème et ne vous laissez pas embarquer parce que votre avenir, ça n'est pas l'anti-France", a déclaré M. Macron, interrogé par la presse sur "le désamour de la France" dans certains pays africains, au deuxième jour de sa visite en Algérie. "Oui, la France est critiquée. Elle est critiquée pour le passé, (...) parce qu'on a laissé trop longtemps des malentendus s'installer, et aussi parce qu'il y a une immense manipulation", a-t-il ajouté. "Soyons clairs: beaucoup des activistes de l'islam politique ont un ennemi: la France; beaucoup des réseaux qui sont poussés en sous-main, qui par la Turquie, qui par la Russie, qui par la Chine, ont un ennemi: la France", a-t-il poursuivi, en dénonçant l'"agenda d'influence, néo-colonial et impérialiste" de ces pays. "Il y a un ennemi, c'est la France. Ca met tout le monde d'accord, c'est trop facile", selon lui. "Cela a peut-être été le combat de vos grands-parents, de vos parents, mais, partout en Afrique, on vous raconte des cracks, des carabistouilles". "Avançons", a-t-il ajouté, en reconnaissant que cela prenait "du temps pour rétablir la confiance". "Mais je le fais avec patience, engagement et affection pour le continent africain et pour l'Algérie". Emmanuel Macron avait tenu un discours similaire lors d'une visite fin juillet dans trois pays africains parmi lesquels le Cameroun où il avait vivement dénoncé la "présence hybride" de la Russie en Afrique, qui "passe par la désinformation et des milices", et qui "est une préoccupation d'abord pour le continent africain". A Alger, il a plaidé pour "renforcer le partenariat avec l'Algérie" dans la lutte contre la menace terroriste au Sahel. Il s'agit notamment d'"éviter que des mercenaires puissent fleurir dans la région, en particulier ceux de Wagner", a-t-il ajouté, en faisant référence au groupe privé russe actif au Mali, d'où est récemment partie l'armée française.