Maroc: le rappeur ElGrande Toto libéré mais toujours en butte à la justice

AFRICA RADIO

26 octobre 2022 à 22h21 par AFP

Le rappeur marocain ElGrande Toto, en garde à vue à la suite de propos controversés, a été remis en liberté sous caution mercredi mais il reste poursuivi pour "injures, diffamation et menaces", ont indiqué une source judiciaire et un proche de l'artiste à l'AFP.

Très populaire auprès de la jeunesse, Taha Fahssi, plus connu sous son nom de scène d'ElGrande Toto, a recouvré la liberté après le retrait de quatre des six plaintes déposées contre lui, a précisé la source qui a requis l'anonymat. A l'issue de 48 heures de garde à vue, le rappeur de 26 ans a versé une caution de 20.000 dirhams (1.825 euros) et a de nouveau fait amende honorable, a-t-on indiqué de même source. Il faisait déjà l'objet d'une interdiction de quitter le Maroc. Toutefois, si quatre plaignants, des artistes, se sont désisté, deux autres -- un journaliste et un policier de la circulation -- ont eux maintenu leurs plaintes, a confirmé à l'AFP un proche du rappeur. Le journaliste, basé à Bruxelles et actif sur YouTube, a accusé ElGrande Toto d'"atteinte à la pudeur, apologie de l'alcool et du cannabis, diffamation et menaces". Selon des médias locaux, l'enquête préliminaire a porté sur des publications sur les réseaux sociaux et des déclarations publiques "susceptibles de contenir des éléments punissables par la loi". Dimanche, lors d'une conférence de presse bondée, ElGrande Toto avait présenté ses excuses aux "personnes offensées" par des déclarations lors d'un récent concert où il assumait consommer du cannabis, qui ont déclenché un tollé au Maroc. "On n'est pas des mauvaises personnes. On fait du rap et le rap n'est pas mauvais. Le rap a un langage particulier, peut-être que je n'en ai pas fait un bon usage au bon moment", avait concédé l'artiste casablancais aux millions de vues sur YouTube. - "Et alors ?" - Le 23 septembre, il avait reconnu fumer du kif devant la presse avant un concert à Rabat organisé par le ministère de la Culture: "Je fume du hashish et alors ?", avait-il asséné. "Ça ne veut pas dire que je suis un mauvais exemple", avait-il répondu à une journaliste. Ces déclarations, amplifiées par des sites populistes et les réseaux sociaux, ont provoqué l'indignation dans ce pays aux moeurs conservatrices, classé comme le premier producteur de cannabis au monde selon l'ONU, mais où l'usage récréatif de la plante, plutôt répandu, est interdit par la loi. ElGrande Toto est l'artiste arabe le plus écouté au Maghreb et au Moyen-Orient sur la plateforme Spotify, avec 135 millions de streams en 2021. Sa chaîne YouTube cumule 2,7 millions d'abonnés et plus de 431 millions de vues. Il n'est pas le premier rappeur à subir les foudres de la justice marocaine. Plusieurs autres chanteurs de rap ont été arrêtés depuis septembre 2011 pour divers délits allant du droit commun à la dissidence politique, en passant par les injures envers les autorités. Une soirée consacrée au hip hop lors d'un grand festival de musiques urbaines début octobre à Casablanca, à laquelle était programmé ElGrande Toto, a dégénéré en violences et en vandalisme et viré au cauchemar pour des milliers de spectateurs, des débordements qui ont choqué l'opinion publique et inquiété les autorités. isb-agr/ybl [object Object] [object Object]