Maroc: prison ferme pour un défenseur des droits humains (famille)

AFRICA RADIO

8 novembre 2022 à 17h06 par AFP

Un défenseur des droits humains au Maroc, Rida Benotmane, a été condamné à trois ans de prison ferme pour "outrage à corps constitué" sur les réseaux sociaux, a-t-on appris mardi auprès de sa famille.

Rida Benotmane, 46 ans, a été arrêté le 9 septembre à la suite de publications sur Facebook et YouTube datant de 2021 et appelant notamment "à protester contre l'extrémisme sécuritaire au Maroc", d'après son avocat Mohamed Sadkou. Ce membre de l'Association marocaine des droits humains (AMDH) a été poursuivi pour "outrage à corps constitué" et "diffusion de fausses allégations". Devant le tribunal de première instance de Rabat, "il a expliqué que ses propos sur YouTube relevaient de la liberté d'opinion et ne comportaient aucune atteinte", a précisé Me Sadkou. "Il a également souligné qu'il avait fermé son compte Facebook avant son arrestation", a ajouté la même source. Sa peine de trois ans de prison, assortie de 20.000 dirhams (plus de 1.800 euros), a été prononcée lundi soir, a précisé à l'AFP un membre de sa famille. Amnesty International et l'AMDH ont appelé à la libération de l'activiste et à "l'abandon de toutes les charges retenues contre lui". Les défenseurs des droits humains ont appelé aussi à la libération de Said El Alami, une militante qui purge une peine de trois ans de prison ferme également pour "outrage à un corps constitué" sur internet. Parallèlement, une internaute, Fatima Karim, a écopé mi-septembre de deux ans de prison ferme pour "atteinte à l'Islam" pour avoir commenté sur Facebook avec un ton satirique des versets du Coran et des hadiths du prophète Mahomet, considérés comme sacrés dans la tradition musulmane. isb/kao/ezz/rm [object Object] [object Object]