Par La rédaction

Après la Jamaïque, le Cuba et les Antilles, depuis le week-end dernier, l'Etat de New-York est frappé par l'ouragan Sandy. Une véritable menace non seulement pour les habitants de cette ville mais aussi un impacte sur la campagne présidentielle aux USA. De nombreux élus à l'instar du maire Michel Bloomberg avaient déclaré l'état d'urgence afin de pouvoir mobiliser les moyens pour lutter contre cet ouragan. New-York avait pris l'allure de ville fantôme : les transports en l'arrêt, les écoles fermées, même la bourse était close. Le maire avait ordonné l'évacuation de 375000 habitants de zones inondables et avait mis un important dispositif pour minimiser les dégâts. Dimanche dans la soirée, le président lui-même avait tenu à alerter les habitants de la côte est. Barack Obama avait appelé ses compatriotes à prendre "très au sérieux" le danger potentiel que représente l'arrivée prochaine de l'ouragan Sandy sur la côte est des Etats-Unis, et de suivre les conseils de prudence délivrés par les autorités. Les conséquences de l'ouragan SandyDans les airs, 7400 vols intérieurs et internationaux ont été annulés pour dimanche et lundi, principalement dans les aéroports de New York, Washington et Philadelphie. Barack Obama a suspendu la campagne présidentielle, idem pour son adversaire Mitt Romney. Huit millions de foyers dans le pays sont privés d'électricité, a indiqué le ministère de l'Energie hier mardi.En mer, la tempête avait provoqué la perte d'un trois-mâts, le HMS Bounty, réplique de la célèbre frégate anglaise dont l'équipage s'était mutiné au XVIIIe siècle. Sur un équipage de 16 personnes, 14 ont été secourues. Au moins 32 morts sont à déplorer aux Etats-Unis et un au Canada, la plupart à cause de la chute d'arbres et d'objets volants. Ces victimes s'ajoutent aux 67 à 69 personnes mortes précédemment aux Caraïbes. Les premières estimations parlaient de plusieurs dizaines de milliards de dollars de dégâts. Jamais une catastrophe naturelle n'aura causé autant de dommages aux Etats-Unis.Aujourd'hui la situation est presque revenue à la normale, les aéroports seront de nouveaux opérationnels, mais pour les stations de métro il faudra attendre vers la fin du week-end.Kadiatou-cherif Diawara