Alger rappelle "pour consultations" son ambassadeur à Rabat

Par AFP

AFRICA RADIO

Alger a décidé dimanche de rappeler son ambassadeur à Rabat pour "consultations avec effet immédiat", sur fond de nouvelle crise diplomatique entre les deux pays maghrébins occasionnée par le contentieux du Sahara occidental.

Ce rappel fait suite à "la dérive de la représentation diplomatique marocaine à New York qui a distribué une note officielle aux pays membres du mouvement des non-alignés dans laquelle le Maroc +soutient publiquement et explicitement un prétendu droit à l'autodétermination du peuple kabyle+", indique le ministère algérien des Affaires étrangères dans un communiqué.Durant une réunion du mouvement des non-alignés les 13 et 14 juillet à New York, l'ambassadeur du Maroc à l'ONU, Omar Hilale, a fait passer une note dans laquelle il estime que "le vaillant peuple kabyle mérite, plus que tout autre, de jouir pleinement de son droit à l'autodétermination".Une ligne rouge pour Alger qui s'oppose à toute velléité indépendantiste de la Kabylie, région berbérophone du nord-est de l'Algérie.Vendredi, le ministère algérien des Affaires étrangères a publié un communiqué enjoignant "le Royaume du Maroc à clarifier sa position définitive sur la situation d'une extrême gravité créée par les propos inadmissibles de son ambassadeur à New York"."En l'absence de tout écho positif et approprié de la partie marocaine, il a été décidé aujourd'hui, le rappel, avec effet immédiat, pour consultations, de l'Ambassadeur d'Algérie à Rabat, sans préjudice d'autres mesures éventuelles en fonction de l'évolution de cette affaire", avertit le communiqué algérien.Traditionnellement difficiles, les relations entre l'Algérie et son voisin marocain ont connu une récente dégradation en raison de l'épineux dossier du Sahara occidental.La question du Sahara occidental, considéré comme un "territoire non autonome" par l'ONU en l'absence d'un règlement définitif, met aux prises le Maroc et les indépendantistes du Front Polisario, soutenus par l'Algérie, depuis le départ de l'Espagne, l'ancienne puissance coloniale, en 1975.Rabat, qui contrôle près de 80% de ce vaste territoire désertique, propose un plan d'autonomie sous sa souveraineté.Le Polisario continue de réclamer, avec le soutien de l'Algérie, la tenue d'un référendum prévu par l'ONU au moment de la signature d'un cessez-le-feu entre les belligérants en 1991.Toutes les tentatives de règlement du conflit ont échoué jusqu'à présent.