Conflit israélo-palestinien: les pays arabes réaffirment leur soutien à la solution à deux Etats

8 février 2021 à 17h03 par AFP

AFRICA RADIO

Les ministres arabes des Affaires étrangères ont réaffirmé lundi leur soutien à la solution à deux Etats, israélien et palestinien, lors d'une réunion d'urgence au Caire pour soutenir la cause des Palestiniens.

Dans un texte commun, les ministres des pays de la Ligue arabe ont souligné "l'adhésion des pays arabes à la solution à deux Etats, qui incarne l'Etat palestinien indépendant (...) et le principe de la terre contre la paix".Ils ont en outre souligné "le rejet par les Arabes de tout projet ou mesure unilatérale israélienne qui viole les droits du peuple palestinien, viole le droit international et mine la solution à deux Etats, pour laquelle il n'y a pas d'alternative".Les responsables politiques arabes ont aussi affirmé leur soutien pour "les droits légitimes et inaliénables du peuple palestinien, parmi lesquels figurent au premier chef le droit à l'autodétermination, le droit au retour et à l'établissement d'un Etat indépendant et pleinement souverain"."Le consensus mondial sur la solution à deux Etats doit se concrétiser en une action qui consiste à protéger cette solution des attaques continuelles des Israéliens visant à la saper", a dit Ahmed Aboul Gheit le secrétaire général de la Ligue arabe.Le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Choukry a pour sa part réfuté que "l'établissement d'un Etat palestinien indépendant et souverain sur les frontières de 1967, avec Jérusalem comme capitale", avait été abandonné.Les pourparlers entre Israël et les Palestiniens sont au point mort depuis 2014.Cette réunion d'urgence intervient après plusieurs annonces, depuis août, d'accord de normalisation des relations entre des pays arabes et Israël. Les Emirats arabes unis, Bahreïn, le Soudan et le Maroc ont convenu de normaliser leurs relations sous l'impulsion de l'administration américaine sortante du président Donald Trump.Les Palestiniens, des islamistes du Hamas au pouvoir dans la bande de Gaza au Fatah laïc du président Mahmoud Abbas, qui siège en Cisjordanie occupée, ne cessent de dénoncer ces accords estimant que la normalisation entre Israël et le monde arabe ne doit être envisagée qu'après, et non avant, une résolution du conflit israélo-palestinien.Parallèlement se tenaient au Caire des pourparlers entre les factions palestiniennes, dont les rivaux du Hamas islamiste et du Fatah, en vue des premières élections depuis 15 ans.Des élections palestiniennes sont en effet prévues cette année, des législatives le 22 mai et une présidentielle le 31 juillet.