Côte d'Ivoire: Gbagbo en proie à des difficultés financières, selon l'ONU

Par La rédaction

NEW YORK (AFP)

Le président ivoirien sortant Laurent Gbagbo a des difficultés croissantes pour payer les fonctionnaires et l'arrêt des financements africains pourrait favoriser son rival Alassane Ouattara, a souligné vendredi un haut responsable de l'ONU.

"En décembre il (Laurent Gbagbo) a payé tout le monde.En janvier, il a retenu les salaires des enseignants et les pensions des retraités.Nous ne savons pas si c'est un retard.Nous devons observer de près comment cela évolue", a expliqué le chef de l'opération de l'ONU dans le pays (Onuci), Choi Yong-Jin, à des journalistes après avoir exposé la situation au Conseil de sécurité.

"Il doit rencontrer d'énormes difficultés pour continuer à avoir des ressources financières", a dit M. Choi aux journalistes.

M. Gbagbo doit payer 55.000 soldats et 104.000 fonctionnaires, a relevé M. Choi.Les diplomates en poste à l'ONU estiment qu'il a besoin d'entre 100 et 150 millions de dollars par mois pour les payer.

Or, sept ministres des Finances de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (Uémoa) ont demandé le 23 décembre à la Banque centrale des Etats d'Afrique de l'Ouest (BCEAO) d'autoriser uniquement les représentants du président ivoirien "légitimement élu", Alassane Ouattara, à gérer les comptes du pays.

La Côte d'Ivoire n'a ni monnaie propre, ni banque centrale.Les seules ressources de Laurent Gbagbo proviennent désormais des exportations de cacao et des profits tirés de l'exploitation du port d'Abidjan.

M. Choi a expliqué que cet aspect était crucial pour l'avenir de Laurent Gbagbo et que le manque de ressources financières pourrait permettre à son rival Alassane Ouattara, reconnu internationalement comme le nouveau chef de l'Etat, de prendre les rênes du pouvoir.

Cette question "est cruciale car elle va décider de l'orientation des événements à venir", a-t-il souligné.

M. Choi a encore expliqué qu'il y a eu plusieurs retournements de situation au cours des deux derniers mois, depuis que la crise a éclaté avec le refus de M. Gbagbo de céder le pouvoir.

"Le camp de Ouattara avait une dynamique en sa faveur car il a gagné les élections", a dit M. Choi.Mais après l'annulation d'une marche anti-Gbagbo le 16 décembre, le président sortant a repris les choses en mains.

"Maintenant, avec la décision de la BCEAO en faveur du président Ouattara, la balance penche de nouveau en sa faveur", a-t-il dit.

L'Union européenne et les Etats-Unis ont imposé des sanctions contre Laurent Gbagbo et son entourage.Les Nations unies insistent sur le fait que M. Ouattara doit prendre les commandes de l'Etat.

Les chefs d'Etat africains réunis cette semaine à Addis Abeba ont formé un panel de cinq chefs d'Etat chargés de présenter d'ici un mois des décisions "contraignantes" sur la Côte d'Ivoire.

"L'impasse continue entre les deux protagonistes et la situation des droits de l'homme empire à Abidjan et dans l'ouest du pays", a dit M. Choi.

De son côté, Maria Luiza Ribeiro Viotti, ambassadrice du Brésil et présidente du Conseil de sécurité pour février, a souligné que le Conseil demeurait "profondément inquiet à propos des violences qui continuent et des violations des droits de l'homme" en Côte d'Ivoire.

"Les membres du Conseil de sécurité exhortent toutes les parties à faire preuve du maximum de retenue et à éviter la violence", a-t-elle ajouté.