Covid: la France place la Tunisie sur sa liste rouge, avant Cuba et l'Indonésie

13 juillet 2021 à 13h09 par AFP

AFRICA RADIO

La France a décidé de classer la Tunisie sur sa liste rouge, en raison de la dégradation sanitaire, "ce qui signifie que les non-vaccinés ne pourront s'y rendre ou en revenir sans motif impérieux", a annoncé le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal mardi.


Le Mozambique, Cuba et l'Indonésie rejoindront aussi la liste rouge des pays classés par Paris comme rencontrant "une circulation active du virus" combinée à une "présence de variants préoccupants", a confirmé M. Attal. Ils seront inscrits dès vendredi. En outre, un test négatif au Covid-19 de moins de 48 heures sera exigé pour les personnes qui viennent en France de ces pays classés en liste rouge et un isolement de dix jours sera obligatoire à l'arrivée, avec une verbalisation de 2.000 euros pour les contrevenants, a-t-il ajouté.La Tunisie a le taux de mortalité lié au Covid-19 "le plus fort" de tout le continent africain et de tout le monde arabe, a alerté mercredi un représentant de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Le pays enregistre "plus de 100 morts par jour" pour 12 millions d'habitants, a indiqué Dr Yves Souteyrand à l'AFP, ajoutant que la situation risquait de s'aggraver dans un pays qui a besoin d'aide et de vaccins. Seulement 11% de la population tunisienne a eu une dose, et 5% deux doses.La France avait envoyé en juin en Tunisie trois générateurs d'oxygène pour les hôpitaux de Sidi Bouzid, Sfax et Tataouine, 18 respirateurs de réanimation, mais aussi 38.000 tests antigéniques, 240.000 masques FFP2 et plus de 4,5 millions de masques FFP2.Parmi la vingtaine de pays placés en liste rouge figure la majeure partie de l'Amérique du Sud (Brésil, Argentine, Colombie), ceux du sous-continent indien, la Russie ou la RD Congo. En revanche, il n'est pas prévu d'ajouter sur cette liste le Portugal et l'Espagne, a précisé le porte-parole du gouvernement, malgré des taux d'incidence qui peuvent dépasser 1.000 chez les jeunes en Catalogne, par exemple."Il n'est pas question d'interdire aux Français d'aller en vacances en Espagne ou au Portugal. Il y a une vigilance demandée, mais il n'est pas prévu de passer ces pays dans une autre catégorie", a-t-il assuré.