Election au Congo-Brazzaville: Sassou vers une victoire écrasante, selon les premiers résultats

Par AFP

AFRICA RADIO

Le président sortant du Congo-Brazzaville, Denis Sassou Nguesso, est très largement en tête de l'élection présidentielle de dimanche, rassemblant 85 à 100% des voix dans une trentaine de centres de vote des quatre coins du pays, selon les premiers résultats officiels présentés lundi par la commission électorale.

"Ce ne sont que des tendances en pourcentage. Sur l'ensemble du pays, les résultats sont majoritairement dans ce sens", a déclaré à la presse le président de la Commission nationale électorale indépendante, Henri Bouka, après avoir égrené 35 résultats.Dans la capitale Brazzaville, le président sortant, 77 ans, dont 36 années cumulées à la tête du Congo, recueille par exemple 89,15% des voix dans le quartier de Poto-Poto, selon ces chiffres officiels.Dans le reste du pays, il devance aussi largement son principal rival, Guy-Brice Parfait Kolélas, décédé du Covid-19 dans la nuit de dimanche à lundi, lors de son transfert sanitaire en France.Dans le discrict de Kakamoeka (Sud), le président sortant obtient 100% des suffrages et fait à peine moins bien à Ewo (centre, 99,05%) ou dans la ville forestière d'Ouesso (Nord, 91,58%).Dans un des deux districts de Dolisie, entre Brazzaville et Pointe-Noire, M. Sassous Nguesso n'obtient "que" 87,48% des voix, en concédant 8,78% à M. Kolélas.Sur ces 35 résultats, le président de la commission n'en a annoncé qu'un défavorable au président, dans la commune de Makelekele, à Brazzaville, acquise à l'opposition, où il recueille 21,22% des votes, contre 76,23% pour M. Kolélas.Les résultats complets seront annoncés mardi ou mercredi, selon le président de la commission électorale: "Nous pouvons vous certifier que les résultats qui vont être proclamés demain ou après-demain seront l'expression des suffrages rééllement exprimés par les électeurs".En 2016, M. Sassou Nguesso avait été réélu au 1er tour avec 60% des voix devant M Kolélas (15%).L'opposition et la société civile dénoncent régulièrement le manque d'indépendance de la commission électorale.