Ethiopie: Washington est "très inquiet" après la condamnation d'un journaliste

Par La rédaction

WASHINGTON (AFP) - (AFP)

Les Etats-Unis se sont dit "très inquiets" après la condamnation à une lourde peine de 18 ans de prison d'un journaliste en Ethiopie au nom d'une législation antiterroriste controversée, a indiqué le département d'Etat samedi.

"Les Etats-Unis restent très inquiets à propos du procès et de la peine prononcée contre le journaliste éthiopien Eskinder Nega, ainsi que contre sept autres figures de l'opposition sur la base de la loi antiterroriste du pays", a déclaré la porte-parole du département d'Etat Victoria Nuland dans un communiqué.

Selon elle le gouvernement éthiopien a utilisé cette loi antiterroriste pour emprisonner des journalistes et des membres de l'opposition qui exerçaient leur droit à l'information et d'association de manière pacifique.

"Ces condamnations soulèvent de sérieuses questions" sur la protection que doit apporter la constitution aux citoyens dans toute société démocratique, a poursuivi Mme Nuland.

"Nous renouvelons notre appel au gouvernement éthiopien pour qu'il arrête de bafouer la liberté d'expression et nous lui demandons instamment de libérer les personnes emprisonnées en raison de l'exercice de leurs droits fondamentaux", a-t-elle encore ajouté.

Le journaliste et blogueur Eskinder Nga, déjà incarcéré à maintes reprises pour ses critiques contre le régime, a été condamné à 18 ans de prison pour avoir coopéré avec le parti politique Ginbot 7, considéré comme un groupe terroriste en Ethiopie depuis l'an dernier.

En outre, 23 autres militants, dont sept seulement étaient présents au tribunal, ont aussi été condamnés à des peines de prison allant de huit ans à la perpétuité dans un procès très critiqué par des associations de défense des libertés.