Gabon: affrontements entre étudiants et gendarmes à Libreville

10 février 2011 à 14h44 par La rédaction

LIBREVILLE (AFP)

Des affrontements entre étudiants, réclamant le paiement de leurs bourses, et gendarmes ont débuté jeudi à l'université Omar Bongo (UOB) de Libreville,

Les jeunes, retranchés dans l'UOB, ont lancé des cailloux et autres projectiles sur les forces de l'ordre qui ont répondu par de nombreux tirs de grenades lacrymogène.

Il y a eu au moins trois blessés légers parmi les étudiants atteints par des éclats de grenade, a constaté l'AFP.

Les étudiants réclament le paiement de leurs bourses: environ la moitié des 17.000 étudiants de l'université touchent une bourse de 66.000 F CFA (100 euros).Celles-ci n'ont pas été payées depuis sept mois, ont affirmé plusieurs manifestants à l'AFP.Selon un étudiant, seuls les nouveaux bacheliers ont touché leur dû.

Les étudiants ont décidé d'un gel des cours en assemblée générale dans la matinée et ont ensuite voulu "monter une barricade" sur l'avenue devant l'université: "On voulait montrer notre mécontentement.C'est la seule manière de nous faire entendre", a affirmé l'un d'entre eux sous couvert de l'anonymat

Ils ont été délogés par les gendarmes et les affrontements ont continué pendant l'après-midi.

Les étudiants réclament aussi de meilleures conditions d'études et notamment la rénovation des bâtiments, des sanitaires ainsi que plus d'enseignants."L'université est un dépotoir.Les bâtiments s'écroulent, les tables sont cassées, les effectifs sont pléthoriques.Certains font cours debout", a affirmé un autre.

Certains demandent aussi la "réintégration" des trois professeurs sympathisants de l'Union nationale (UN) du président autoproclamé du Gabon André Mba Obame.Ces trois enseignants font partie du "gouvernement" de l'UN et sont réfugiés depuis l'autoprolamation au siège d'une agence onusienne de Libreville.

En févier 2010, des affrontements entre étudiants et gendarmes avaient fait une vingtaine de blessés dont un grave.les étudiants avaient reçu leurs bourses quelques jours plus tard.