L'UE dénonce "le siège" du Tigré par l'Ethiopie

6 juillet 2021 à 18h54 par AFP

AFRICA RADIO

Le responsable des affaires humanitaires de l'UE a reproché mardi aux autorités éthiopiennes d'avoir coupé du monde la région du Tigré, déchirée par la guerre, après avoir annoncé un cessez-le-feu unilatéral décrié comme un "siège".


"Il y a un embargo sur les vols vers le Tigré. L'internet et les télécommunications ont été coupés. Les équipements de télécommunication indispensables aux opérateurs humanitaires ont été confisqués", a dénoncé Janez Lenarcic, commissaire européen chargé de la gestion des crises, devant le Parlement européen à Strasbourg."Les humanitaires sont empêchés d'entrer dans le Tigré et de fournir l'aide dont les populations ont tant besoin", a-t-il ajouté. "Ce n'est pas un cessez-le-feu, c'est un siège, et la famine est utilisée comme une arme de guerre", a accusé le responsable slovène.Le Tigré est le théâtre de combats depuis que le Premier ministre Abiy Ahmed, prix Nobel de la paix, a envoyé l'armée début novembre pour renverser les autorités régionales dissidentes, accusées de mener des attaques contre des bases militaires éthiopiennes.Après des succès, les forces gouvernementales éthiopiennes se sont enlisées dans des combats avec les forces de défense du Tigré (TDF) malgré le soutien de troupes venues de la région voisine d'Amhara et de l'armée érythréenne.Fin juin, les TDF ont repris la capitale Mekele, capturée par l'armée éthiopienne le 28 novembre. Le gouvernement d'Addis-Abeba a immédiatement déclaré un cessez-le-feu unilatéral. Les rebelles du Tigré ont accepté dimanche "un cessez-le-feu de principe", à condition que les forces érythréennes et amhara, qui soutiennent l'armée éthiopienne, se retirent de la région.Malgré l'annonce du gouvernement, "des atrocités indicibles continuent d'être signalées, avec des allégations crédibles de violations graves du droit humanitaire international, du droit des droits de l'homme et du droit international des réfugiés", a déploré le commissaire européen."Les frontières du Tigré doivent être ouvertes aux opérations de secours humanitaire. Les acteurs de l'aide doivent pouvoir effectuer leur travail de manière indépendante, librement et en toute sécurité à tout moment", a intimé M. Lenarcic."Jusqu'à 900.000 civils sont en situation de famine au Tigré et un million d'autres sont au bord de la famine", a-t-il affirmé.L'Union européenne s'est jusqu'à présent abstenue d'imposer des sanctions à l'Ethiopie, mais elle a suspendu l'an dernier une aide budgétaire de près de 90 millions d'euros (105 millions de dollars) destinée à ce pays africain.