La France et la Côte d'Ivoire signent l'annulation de la dette ivoirienne

Par La rédaction

PARIS (AFP) - (AFP)

La France et la Côte d'Ivoire ont conclu mardi à Paris un accord bilatéral d'annulation de la dette ivoirienne en présence du président ivoirien Alassane Ouattara.

Le ministre français de l'Economie et des Finances Pierre Moscovici et le ministre ivoirien des Finances Charles Koffi Diby ont signé le document portant sur la somme de 3,76 milliards d'euros.

Ce montant représente "les deux tiers de l'effort total consenti par le Club de Paris", a précisé M. Moscovici.

Le Club de Paris, qui regroupe des créanciers publics, et le gouvernement de Côte d'Ivoire se sont entendus fin juin pour annuler la dette du pays à l'égard de cette institution à hauteur de 6,5 milliards de dollars, soit 99,5% du total.

"75% environ (2,85 milliards d'euros) de l'effort français d'annulation de dette feront l'objet d'un Contrat de désendettement et de développement" destiné à identifier et financer des projets, "après accord entre les deux pays", a indiqué le ministre français.

"Nous espérons que de nombreux partenaires de la Côte d'Ivoire viendront nous rejoindre pour construire les infrastructures essentielles du pays", a affirmé M. Moscovici, se disant "intimement convaincu que la croissance de l'Europe - dont nous parlons tellement en ce moment - est parfaitement indissociable de la croissance de l'Afrique".

La Côte d'Ivoire doit "jouer pleinement son rôle de pôle de développement sous-régional", a déclaré son homologue, M. Koffi Diby."Le gouvernement ivoirien s'engage à optimiser l'utilisation des marges budgétaires créées par les allègements de dette obtenus", a-t-il dit.

La Côte d'Ivoire prévoit d'"importants investissements dans les secteurs porteurs de croissance, dans les infrastructures sociales de base" et souhaite y "impliquer autant que possible le secteur privé", a-t-il précisé.

"La pauvreté a grandi, les Ivoiriens sont devenus impatients, allons vite, allons vite mais allons bien", a-t-il lancé.