Le Burundi décline sa participation à un sommet régional envisagé par la RDC

12 septembre 2020 à 9h11 par AFP

AFRICA RADIO

Le Burundi a annoncé décliner sa participation à un sommet de cinq chefs d'Etat que souhaite organiser le président de la République démocratique du Congo (RDC) à Goma, dans l'Est du pays, avec l'Ouganda, le Rwanda et l'Angola.

"Suite à leur calendrier chargé, les plus hautes autorités burundaises ne pourront malheureusement pas participer aux travaux de ce sommet important", indique une communication du ministère burundais des Affaires étrangères à son homologue à Kinshasa, précisant que le Burundi "estime prioritaire, dans un premier temps, l'organisation d'une rencontre bilatérale au niveau ministériel".Authentifiée par l'AFP, cette "note verbale" qui a fuité sur les réseaux sociaux est datée du 8 septembre.En conseil des ministres le 4 septembre, le président congolais Felix Tshisekedi avait informé son gouvernement "qu'un mini-sommet se tiendrait à Goma entre lui-même et les chefs d'Etat ougandais, rwandais, burundais et angolais", mais il n'avait pas donné de date.L'ordre du jour doit porter sur "la paix et la sécurité dans la région, les relations diplomatiques et politiques entre ces Etats et la relance des activités économiques dans le contexte actuel de lutte contre la Covid-19", d'après le compte-rendu du conseil des ministres.Depuis, aucune communication officielle n'a suivi cette annonce, pas même lors du dernier conseil des ministres vendredi en présence du chef de l'Etat, et aucune information au sujet de ce sommet n'est disponible.Le Burundi "reste disposé" à discuter avec la RDC, notamment des questions de sécurité à leur frontière commune, ainsi que "de la gestion de la pandémie de Covid-19 à nos frontières", indiquent les autorités burundaises dans leur "note verbale".Un déplacement à Goma aurait constitué la première sortie à l'étranger du nouveau président burundais Evariste Ndayishimiye, qui a pris ses fonctions le 18 juin, moins d'un mois après son élection en raison du décès soudain de son prédécesseur Pierre Nkurunziza, dont le mandat s'achevait en août.La RDC entretient des relations complexes avec ses voisins notamment le Rwanda et le Burundi, en raison de la présence de réfugiés et de rebelles de ces deux pays dans l'Est congolais traversé par des conflits multiples.Cette semaine, quelque 300 réfugiés burundais en RDC ont manifesté à la frontière pour réclamer leur rapatriement. La frontière est fermée côté burundais pour cause de coronavirus, a indiqué le Haut-commissariat aux réfugiés à Kinshasa.Les relations bilatérales entre les participants prévus au sommet sont également tendues.Fin août, les chefs des services de renseignement militaires du Rwanda et du Burundi s'étaient engagés à rétablir la sécurité à leur frontière.En début d'année, les présidents angolais et congolais avaient fait office de médiateurs dans les tensions entre le Rwanda et l'Ouganda.