Maroc: manifestation contre la fermeture des frontières avec Ceuta

Par AFP

AFRICA RADIO

Une foule compacte a manifesté vendredi soir à Fnideq, dans le nord du Maroc, contre les conséquences de la crise économique sans précédent, exacerbée par la fermeture des frontières avec l'enclave espagnole de Ceuta, selon des médias locaux et ONG.

"Un millier de manifestants" ont réclamé l'ouverture de la frontière avec Ceuta, fermée depuis près d'un an en raison de la pandémie de Covid-19 et demandé des alternatives économiques face au chômage qui frappe de plein fouet la région, a indiqué à l'AFP Mohamed Benaïssa, président de l'Observatoire du nord pour les droits de l'Homme (ONDH).Les autorités marocaines n'ont pas communiqué de chiffres.Les protestataires ont également appelé à la libération de quatre personnes arrêtées en marge d'une précédente manifestation vendredi dernier.Ils sont poursuivis pour "violation de l'état d'urgence sanitaire", "rassemblement non autorisé" et "violence contre forces de l'ordre" d'après M. Benaïssa. En plus de la fermeture de la frontière depuis mars, les autorités marocaines ont décidé de fermer en 2019 le poste frontière dédié aux porteurs de marchandises détaxées entre l'enclave espagnole et le royaume, destinée à mettre fin au circuit de contrebande.La contrebande tolérée entre Ceuta et la petite ville de Fnideq représentait entre six et huit milliards de dirhams (entre 550 et 750 millions d'euros), selon les estimations de la douane marocaine.Face à la contestation, les autorités marocaines ont annoncé mardi qu'un budget de 400 millions de dirhams (plus de 36 millions d'euros) a été alloué à un programme développement économique et social. Annoncé en 2020, celui-ci prévoit notamment la création de zones franches à Fnideq et à Tétouan.Le Maroc a recensé près de 1,5 million de chômeurs en 2020, dont 9,6% au nord du pays de 35 millions d'habitants. Les jeunes de 15 à 24 ans sont les plus touchés avec un taux de chômage de 31,2%, selon les chiffres officiels.