Mondial: Soweto TV, si loin et pourtant si proche de Soccer City

7 juillet 2010 à 10h01 par La rédaction

SOWETO (AFP)

Leur studio est situé à quelques kilomètres du stade de Soccer City, qui accueille dimanche la finale du Mondial de football en Afrique du Sud, mais les équipes de Soweto TV n'ont pas mis un orteil dans le Saint des Saints en un mois de compétition.

"Evidemment, c'est un peu frustrant", commente Gabriel Tomaya, le producteur de l'émission sportive Tsamaya (dribble en argot)."Mais on est habitué à rester à la porte de nombreux endroits..."

Soweto TV a beau représenter le regard des townships noirs, coeur du football-roi dans l'ancien pays de l'apartheid, elle n'a pas été prise en compte par la grande machine médiatique de la Fifa, qui ne cesse pourtant de vanter un Mondial "africain".

La première chaîne communautaire d'Afrique du Sud, fondée en 2007, est suivie par 1,2 million de téléspectateurs, principalement dans le plus célèbre township du pays.

Financée à hauteur de 800.000 rands par mois (75.000 euros) par la compagnie de production Urban Brew, elle fabrique chaque jour 7 heures de programmes inédits avec six caméras, un unique studio d'enregistrement et 70 employés peu formés.

Pas question dans ces conditions d'acheter les droits de diffusion de la grand-messe sportive (qui ont rapporté deux milliards de dollars à la Fifa), seul sésame pour faire entrer une caméra dans un stade.

Quant aux accréditations pour les journalistes, il aurait fallu les demander des mois avant le coup d'envoi, suivant une procédure complètement étrangère à la culture d'improvisation de l'entreprise.

"Pas laisser passer le train"Dans cet univers conçu pour les grands médias internationaux, certains auraient baissé les bras.Mais Soweto TV a refusé de zapper la première Coupe du monde africaine.

"Ca se passe dans notre arrière-cour et ça n'aura lieu qu'une fois dans notre vie", souligne Hermina Maboda, la directrice des programmes."Nous sommes la plus grosse chaîne locale du pays: on ne pouvait pas laisser passer le train."

L'équipe sportive de Soweto TV -- Gabriel Tomaya, un présentateur et un caméraman -- ont relevé leurs manches pour produire une émission de 15 minutes tous les jours et de trois quart d'heures chaque mercredi....sans montrer une seule image de match.

Leur solution: filmer les réactions des fans lors des retransmissions sur écran géant dans un parc de Soweto ou inviter d'anciens footballeurs et des analystes sur son plateau -- un décor en carton dans le coin d'une salle de classe -- pour commenter les matches.

"On ne peut pas entrer dans les stades mais ce n'est pas grave, l'ambiance à Soweto est bien plus intéressante", assure M. Tomaya, ancien entraîneur de cricket de 28 ans.

A défaut des matches, "on a réussi à transmettre à nos téléspectateurs l'humeur du Mondial et à la faire vivre", renchérit Mme Maboda.

Pas sûr que cela suffise dimanche soir à l'heure de la finale, quand Soweto TV diffusera une émission de gospel.