Niger: de nouvelles mesures sécuritaires antijihadistes dans l'Ouest

Par AFP

AFRICA RADIO

Les autorités nigériennes ont adopté de nouvelles mesures sécuritaires, comme l'interdiction de circulation pour les motos ou la fermeture de marchés, pour tenter d'enrayer les attaques jihadistes dans le Tillabéri (ouest, à la frontière malienne) où 174 soldats ont été tués en décembre et janvier.

"Nous avons pris de nouvelles mesures et nous avons durci celles qui existaient et qui semblent avoir eu des effets limités face aux attaques terroristes", a expliqué lundi à l'AFP un responsable municipal de Tillabéri."La circulation à moto est désormais interdite de jour comme de nuit. Nous avons décidé de fermer certains marchés qui alimentent les terroristes en carburant et en céréales", avait annoncé à la presse en fin de semaine Tidjani Ibrahim Katiella, le gouverneur de Tillabéri.Ce durcissement des mesures sécuritaires doit "permettre de contrôler la circulation des terroristes", avait-il ajouté. Une des mesures nouvelles est la limitation des quantités d'essence que chacun a le droit d'acheter. "Nous avons constaté que des usagers viennent remplir des bidons pour les envoyer (...) aux frontières (du Mali et du Burkina Faso)". Un usager n'aura désormais droit qu'à "20 litres de carburant par jour" dans les stations-service. Ces nouvelles mesures ont entraîné des protestations parfois violentes des habitants.Située près de la frontière malienne mais aussi burkinabè, la région de Tillabéri est une vaste zone instable de près de 100.000 km2 où cohabitent les ethnies djerma, peul, touareg et haoussa.Les groupes jihadistes qui y opèrent "se ravitaillent en vivres et carburant sur les marchés locaux", où sont également "tapis leurs informateurs", a confié à l'AFP une source sécuritaire.Selon le bilan officiel, 174 soldats ont été tués dans trois attaques dans ce secteur en janvier et décembre: à Chinégodar (89 morts le 8 janvier), Inates (71 morts, 10 décembre), Sanam (14 morts, 24 décembre). Les trois attaques ont été revendiquées par le groupe Etat islamique.Lors d'un sommet le 13 janvier à Pau, le président français Emmanuel Macron et ses homologues du G5 Sahel - Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad - ont décidé de davantage coordonner leur action militaire en la concentrant sur cette zone des trois frontières (Niger, Burkina Faso et Mali) et en visant en priorité l'EIGS (Etat islamique au Grand Sahara).Tout le Sahel - en particulier le Mali, le Niger et le Burkina - est visé par les assauts de plus en plus audacieux de groupes islamistes, en dépit du renforcement des armées locales et de la présence de 4.500 militaires français de la force antiterroriste Barkhane.Selon l'ONU, les attaques jihadistes au Mali, au Niger et au Burkina ont fait 4.000 morts en 2019.