Nigeria: au moins un mort dans un attentat à Kano, dans le Nord

24 juillet 2014 à 15h52 par La rédaction

Kano (Nigeria) (AFP)

Un attentat à la bombe contre une gare routière de la ville de Kano, dans le nord du Nigeria, a fait jeudi au moins un mort et huit blessés, ont indiqué des témoins et la police locale.

La bombe s'est déclenchée à 15H00 (14H00 GMT) à la gare routière New Motor Park, dans le quartier de Sabon Gari majoritairement chrétien, déjà touché dans le passé par des attaques du groupe islamique armé Boko Haram.

"C'était un engin explosif improvisé.L'explosif était caché dans une fontaine à eau et a été amené au Motor Park par des inconnus", a déclaré à la presse le chef de la police de l'Etat de Kano, Adelere Shinaba.

"Une femme a été tuée et huit autres personnes ont été blessées et hospitalisées (...) Nos experts médico-légaux passent la scène au peigne fin", a-t-il ajouté.

Selon M. Shinaba, l'attentat n'a pas été revendiqué et personne n'a été arrêté.

Kano, deuxième plus grande ville du Nigeria, a déjà été touchée par des explosions, généralement attribuées à Boko Haram, qui mène une insurrection sanglante dans le Nord depuis 2009.

Le 23 juin, une bombe avait explosé à l'Institut supérieur de la santé, tuant au moins huit personnes.Et le 19 mai, une voiture piégée conduite par un kamikaze avait tué quatre personnes, dont une fillette, à Sabon Gari.

L'an dernier, en juillet, quatre puissantes explosions avaient déjà touché le quartier, tuant 12 personnes.

Toutes ces attaques ont été attribuées aux islamistes, dont l'insurrection a fait plus de 10.000 morts depuis 2009 (plus de 2.500 depuis le 1er janvier).

Concernant l'explosion de jeudi, un témoin travaillant dans un garage du quartier, Obi, a expliqué qu'un jeune bagagiste a amené, sur un chariot, "une fontaine à eau dans le Motor Park et l'a posée près d'autres bagages attendant d'être chargés dans un bus qui devait partir vers l'est".

"La fontaine provenait de deux hommes à l'entrée, qui s'étaient déguisés en voyageurs et lui ont demandé de l'amener à l'intérieur à leur place.Ils sont restés à la traîne" derrière le jeune bagagiste qui poussait son chariot, a-t-il ajouté.

"La fontaine (à eau) a explosé avec dans un grand boum, au moment où des passagers débarquaient d'un bus à côté de la fontaine", selon Obi.

Le jeune bagagiste a eu les mains et les jambes arrachées par l'explosion, qui a décapité une femme, a-t-il précisé.

Les attentats à la bombe sont très fréquents au Nigeria.

Mercredi, deux explosions dans la ville de Kaduna, dans le Nord-Est, avaient tué au moins 42 personnes.

Selon la police, la première explosion à Kaduna, due à un kamikaze, visait un convoi dans lequel se trouvait Sheikh Dahiru Bauchi, un dignitaire musulman très critique envers les attaques de Boko Haram.Au moins 25 personnes avaient alors péri.

La seconde attaques, deux heures plus tard, a fait 17 morts et visait Muhammadu Buhari, un des principaux chef de l'opposition et ex-dictateur militaire du Nigeria de 1983 à 1985.

Les islamistes multiplient les attaques, désormais quasi quotidiennes, que ce soit dans leur bastion du Nord-Est ou, de plus en plus, ailleurs dans le pays.

La capitale fédérale, Abuja, a été touchée trois fois depuis avril par l'explosion de voitures piégées (plus d'une centaine de morts).En mai, la grande ville de Jos (centre) avait été frappée par un double attentat au camion piégé (au moins 118 morts).

Et en juin, une explosion s'était produite devant un dépôt de carburant dans la capitale économique, Lagos, faisant "plusieurs morts", selon des témoins.Les autorités ont cherché à camoufler cet attentat en accident.