Nigeria: opération imminente de l'armée contre Boko Haram dans le centre

Par La rédaction

LAGOS (AFP) - (AFP)

L'armée nigériane a annoncé dimanche qu'elle allait lancer cette semaine une opération dans plusieurs villages de l'Etat du Plateau, dans le centre du Nigeria, "repaires" d'islamistes présumés responsables d'attaques récentes ayant fait plus de 100 morts dans cette région.

"Nous allons mener une opération de ratissage et de recherche dans quelques villages (de l'Etat) du Plateau où nous pensons que se cachent les mécréants et les assaillants", a déclaré à l'AFP un porte-parole de l'armée, le capitaine Salihu Mustapha.

"Nous avons lancé un ultimatum de 48 heures aux habitants de ces villages pour qu'ils les évacuent", a ajouté le capitaine Mustapha, qui a refusé d'indiquer la date précise du début de l'opération.

Plusieurs villages devraient être ciblés, notamment Mahanga, Kankuru, Kushen, Maseh et Shong, a-t-il énuméré.

Des troupes de la Force militaire spéciale (STF) y ont été déjà déployées, a-t-il déclaré.

L'état-major de la Défense a indiqué dans un communiqué publié dimanche que la STF a découvert que "quelques criminels qui ont mené l'attaque de la semaine dernière se cachent toujours autours de quelques villages en vue de continuer à perpétrer des massacres" contre la population.

"La force spéciale, selon le communiqué, est déterminée à débarrasser l'Etat de ces meurtriers"

"Nous lancerons certainement l'opération cette semaine.Elle sera rapide et (les villageois) pourront revenir après" dans leurs habitations, a ajouté le capitaine Mustapha, interrogé au téléphone depuis Lagos.

Le groupe islamiste Boko Haram a revendiqué le massacre le 8 juillet de 23 chrétiens, dont deux parlementaires, dans un cimetière de cette région du centre du Nigeria.L'attaque avait été attribuée dans un premier temps à des éleveurs musulmans.

Selon les autorités de la région, plus de 100 chrétiens ont été tués en deux temps le 8 et le 9 juillet dans l'Etat du Plateau.

Lors du premier assaut, au moins 80 personnes ont été tuées avec des armes à feu et des machettes dans plusieurs villages, selon le porte-parole du gouverneur du Plateau, Pam Ayuba.

Au moins 23 autres personnes ont ensuite péri le 9 juillet, au cimetière de Barkin-Ladi, à 90 km de la capitale locale Jos, alors qu'elles participaient aux funérailles des victimes de la veille, a ajouté M. Ayuba.

L'Etat du Plateau est situé sur la zone de contact entre le sud, majoritairement chrétien, et le nord principalement peuplé de musulmans du Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique et premier producteur de pétrole du continent.