ONU: le Nigeria manque de financements pour lutter contre sa crise alimentaire

Par La rédaction

Lagos (AFP)

Le manque de financement contraint les agences humanitaires à interrompre certains programmes dans le nord-est du Nigeria, région dévastée par l'insurrection de Boko Haram, ont prévenu jeudi les Nations Unies. 

Selon le Bureau de coordination des affaires humanitaires (Ocha) de l'ONU, 5,2 millions de personnes auront besoin d'assistance alimentaire dans les trois états du nord-est du Nigeria (Yobe, Borno et Adamawa), jusqu'au mois d'août. 

Mais l'agence onusienne s'inquiète des coupes de budgets qui ont "forcé certaines organisations à revoir leurs plans et leurs objectifs, et dans certains cas, à réduire leurs distribution de nourriture", note le dernier rapport de l'Ocha. 

"Cela va affecter tous les efforts qui ont été déployés jusqu'à présent", ajoute le rapport, d'autant "que les derniers indicateurs montrent une détérioration des niveaux de nutrition".

En début d'année, les Nations Unies avaient annoncé avoir besoin d'un milliard de dollars pour financer leurs programmes d'aide humanitaire et alimentaire, alors que près de deux millions de personnes risquent la famine, selon le Programme alimentaire mondial (PAM).

Pourtant le plan de lutte contre la faim n'a pour l'instant reçu que 24 millions de dollars. 

"Nous devons faire plus, nous devons agir plus vite", a expliqué Peter Lundberg, coordinateur de l'Ocha pour le Nigeria, d'autant qu'avec l'arrivée de la saison des pluies, l'accès aux zones affectées par le conflit devient de plus en plus compliqué et les risques sanitaires (typhoïde, cholera,...) plus importants. 

Le conflit contre Boko Haram a fait plus de 20.000 morts et 2,6 millions de personnes ont été contraintes de fuir leurs foyers.