Sénégal: trois soldats tués, six blessés lors d'une attaque en Casamance

20 février 2011 à 18h03 par La rédaction

ZIGUINCHOR (Sénégal) (AFP)

Trois soldats sénégalais ont été tués et six blessés dimanche lors d'une attaque de rebelles indépendantistes présumés de Casamance, dans le sud du Sénégal, dans un village situé à 75 km au nord de la capitale régionale Ziguinchor, a appris l'AFP de source militaire.

L'attaque s'est produite contre un cantonnement de l'armée sénégalaise dans le village de Karongue vers 07H00 (locale et GMT), a précisé cette source.Les soldats ont riposté, ce qui a entraîné la fermeture d'une route nationale (la nationale 5) passant à proximité du village.

Ces nouveaux décès portent à 15 le nombre de soldats sénégalais tués depuis le 27 décembre 2010 dans cette région où opère depuis trente ans une rébellion indépendantiste, le Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC), divisée en plusieurs factions politiques et militaires.

Dans un communiqué publié le 23 janvier, le MFDC avait affirmé qu'il entendait étendre "les hostilités dans toute la Casamance pour bouter" l'armée sénégalaise hors de cette région.

Le regain de violences en Casamance suscite l'exaspération des populations: mi-janvier, plus d'un millier de femmes avaient marché à Ziguinchor pour réclamer "l'arrêt immédiat des tueries" ainsi qu'une "reprise immédiate des négociations" avec le gouvernement sénégalais et les indépendantistes.

Des négociations qui sont au point-mort, les dernières remontent à février 2005, un peu plus d'un an après la signature, en décembre 2004 d'un accord de paix présenté comme "historique".

Le président Wade, au pouvoir depuis plus de dix ans, avait brièvement évoqué la situation en Casamance dans ses voeux de la fin de l'année 2010, en affirmant que son gouvernement demeurait "disposé au dialogue" avec le MFDC, malgré les "derniers évènements regrettables".

Il a demandé cette semaine au gouvernement de lui proposer dans les "meilleurs délais un programme d'urgence" de réinsertion d'anciens rebelles indépendantistes casamançais pour aider à juguler le regain de violences actuel.

Un chef politique du MFDC, Ansoumane Bais, a récemment écrit à l'Union africaine (UA) pour demander l'organisation d'un référendum d'autodétermination en Casamance, où le conflit entre indépendantistes et Etat sénégalais a débuté en 1982.