Soudan: un homme d'affaires défend la tolérance religieuse lors d'un forum critiqué

7 février 2021 à 15h04 par AFP

AFRICA RADIO

Un homme d'affaires soudanais a défendu son organisation d'un forum vidéo à Khartoum sur la tolérance religieuse, incluant le discours d'un rabbin, après des critiques d'un groupe religieux islamiste l'accusant de soutenir la normalisation des relations avec Israël.

Abu el-Qasim Bortoum a organisé ce forum samedi, près d'un mois après la signature le 6 janvier par le Soudan des "accords d'Abraham", sous l'égide des Etats-Unis, en vue de la normalisation des relations du pays avec Israël.Des descendants soudanais de familles juives, des diplomates et Rajaa Nicola, membre du Conseil souverain soudanais, étaient présents lors de l'événement.Avant l'ouverture du forum, le groupe religieux Ansar, affilié au parti islamiste soudanais Oumma, avait estimé dans un communiqué que ce rassemblement "intervient dans une atmosphère de tensions entre les partisans de la normalisation avec Israël et ceux qui la rejettent"."Cela montre que le forum a été conçu pour mettre les Soudanais devant le fait accompli en appelant à la normalisation", selon la même source.Mais M. Bortoum a défendu son événement samedi lors du forum, assurant qu'il "s'agit d'une initiative sociale indépendante de la politique ou de la normalisation avec Israël".Selon lui, le Soudan, à majorité musulmane, s'oriente vers une trajectoire de "liberté, de paix et de justice en renonçant au discours de haine, de violence et de discrimination religieuse pour parvenir à l'unité, la tolérance et la coexistence sociale".Ancien membre du Parlement, M. Bortoum avait été suspendu en 2015 après avoir déclenché la colère du régime de M. Béchir en appelant à l'abolition de la loi islamique et à l'établissement de relations avec Israël.Pendant le forum, le rabbin David Rosen, chargé des affaires interconfessionnelles à l'American jewish committee (AJC), a estimé, dans un discours vidéo depuis Jérusalem, que "la poursuite de notre compréhension mutuelle est précisément ce qui améliore la paix dans le monde".Un membre du groupe Ansar, Ahmed Adam, a dit à la télévision qatarie Al Jazeera que de "tels rassemblements nous amènent des calamités et attirent les fondamentalistes dans notre pays".La signature par le Soudan des "Accords d'Abraham" est intervenue quelques semaines après le retrait de Khartoum de la liste noire américaine des Etats accusés de financer le terrorisme.En janvier, des Soudanais avaient manifesté devant les bureaux du gouvernement à Khartoum en chantant des slogans anti-Israël et en brulant un drapeau de l'Etat hébreu.