Washington sanctionne le premier vice-président du Soudan du Sud

Par AFP

AFRICA RADIO

Les Etats-Unis ont imposé mercredi des sanctions à l'encontre du premier vice-président du Soudan du Sud, Taban Deng Gai, a annoncé le ministère américain du Trésor, appelant à "exclure du système financier international ceux qui mettent en péril l'avenir" de ce pays.

"La tentative de Taban Deng Gai de museler le parti d'opposition fait dérailler la possibilité pour le pays de mettre en oeuvre un accord de paix", a indiqué dans un communiqué le numéro deux du ministère, Justin Muzinich.Sans préciser les mesures prises, l'administration Trump entend sanctionner "l'implication (de Taban Deng Gai) dans de graves violations des droits de l'Homme, dont des disparitions et des décès de civils"."M. Deng a agi avec l'intention de diviser et semer la confusion entre le Mouvement de libération du peuple du Soudan - Armée/Nord (SPLM-A/N) et l'ethnie nuer, prolongeant le conflit au Soudan du Sud et détériorant le processus de réconciliation et de paix", indique le communiqué."Le refus du gouvernement sud-soudanais de créer un espace politique pour les voix dissidentes - des partis d'opposition, groupes ethniques ou médias - a joué un rôle clé dans l'incapacité du pays à mettre en oeuvre un accord de paix, et dans les actes continus de violence contre les civils", détaille encore le Trésor.Le Soudan du Sud, qui a acquis son indépendance en 2011 avec le soutien essentiel de Washington, son principal donateur, a sombré dans la guerre civile deux ans plus tard lorsque Salva Kiir a accusé Riek Machar, son ancien vice-président, de fomenter un coup d'Etat.Les deux dirigeants ont signé en septembre 2018 à Addis Abeba un nouvel accord de paix prévoyant un partage du pouvoir. Mais les négociations pour le mettre en oeuvre avancent très lentement et la date butoir pour la formation d'un gouvernement d'union nationale a été repoussée au 20 février.Le conflit a fait plus de 380.000 morts et provoqué une crise humanitaire catastrophique.